RMC Sport

XV de France : les Bleus font bloc autour de Saint-André

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Très critiqué depuis sa courte victoire en Ecosse (19-17), le XV de France n’aborde pas avec sérénité la réception de l’Irlande, ce samedi (18h). Conscients de leurs limites, les joueurs se défendent et soutiennent Philippe Saint-André.

La critique, il y a ceux qui s’en servent comme d’une arme. Qui l’affichent sur les murs des vestiaires pour piquer l’orgueil. Et il y ceux qui aimeraient s’en passer. Le XV de France se situe plutôt dans la seconde catégorie. Dès samedi soir, quelques minutes après leur court et très peu convaincant succès contre l’Ecosse (19-17), qui succédait à une gifle au pays de Galles (27-6), les joueurs français ont dû faire face à un flot d’interrogations, de réprimandes voire de jugements acerbes. Dans le viseur, une communication mal adaptée et surtout, un jeu trop restrictif.

Avec un bilan comptable plutôt bon depuis le début du Tournoi des VI Nations (trois victoires, une défaite), que les Bleus peuvent d’ailleurs encore gagner en cas de succès ce samedi contre l’Irlande (18h), Maxime Médard ne comprend pas cet acharnement. « Je pense qu’il ne faut pas cracher sur des victoires. On nous a assez critiqués l’année dernière pour des défaites et cette année, on gagne et on nous critique aussi », peste l’arrière toulousain. Un avis partagé par Dimitri Szarzewski, qui prône l’union sacrée : « J’aimerais que vous, médias, soyez plus derrière l’équipe de France et arrêtiez de critiquer. On a besoin de vous, de votre soutien. Ce qu’on peut entendre ou lire, ça peut mettre le doute, une pression supplémentaire à l’équipe. Ça fait mal aussi. »

Szarzewski : « Ils sont devenus amnésiques »

Sélectionneur heureux et optimiste malgré la prestation quasi-indigente de ses troupes à Edimbourg, Philippe Saint-André est la principale cible de ces critiques. Communication, faculté à motiver ses joueurs, style de jeu, choix sportifs : dans tous les médias, les reproches fusent autour du sélectionneur tricolore. Conscients des manques, les joueurs viennent malgré tout au soutien de leur coach. « On entend les critiques. On les comprend parce qu’on est sorti nous-mêmes les premiers frustrés de ce match, souffle le 3e ligne centre Damien Chouly. On savait que le contenu n’avait pas été bon. Maintenant, on va se concentrer surtout sur nous. On a beaucoup échangé, on a vu à la vidéo ce qui n’a pas été. A un moment donné, il faut faire un peu fi des critiques et aller sur le terrain parce que notre salut passera par-là. »

Mais là où la digestion devient difficile pour Dimitri Szarzewski, c’est lorsqu’il voit de qui émanent ces critiques. Pour le talonneur tricolore, certains anciens joueurs ont la mémoire courte. « Il y a une ancienne génération qui peut se le permettre mais d’autres, des jeunes retraités, qui critiquent l’équipe de France... Il y a peu de temps, ils étaient là, ils ont eu des déconvenues. Ils ont vite oublié, ils sont devenus amnésiques alors qu’avant ils critiquaient ceux qui critiquaient. » Une source de motivation supplémentaire pour sonner la révolte contre les Irlandais.

A lire aussi :

>> La Dream Team dézingue Saint-André

>> Lièvremont : « Saint-André a raison de positiver »

>> Moscato : « On est bidon complet ! »

AA avec LD et à Marcoussis