RMC Sport

Covid-19: les Français ont fait nettement moins de sport pendant le premier confinement

Près de 38% des Français ont réduit leur pratique sportive durant le confinement du printemps 2020, selon un baromètre de l’Injep et du Credoc, publié ce lundi par le ministère des Sports. Une diminution qui a touché en particulier les cadres et les habitants des zones urbaines, d’après cette étude téléphonique, réalisée sur 4.000 personnes âgées de 15 ans et plus.

Le cardio est monté moins haut que d’habitude l’an passé. Moins souvent en tout cas. Le premier confinement lié à la pandémie de Covid-19, qui a eu lieu au printemps dernier durant deux mois (entre mars et mai), a entraîné une diminution de la pratique sportive dans l’Hexagone. A cette période, près de 38% des Français ont réduit leurs efforts en la matière, d’après un baromètre de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) et du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), publié ce lundi par le ministère des Sports.

65% des Français ont pratiqué au moins une activité sportive en 2020

Cette étude, menée tous les deux ans, a été réalisée par téléphone sur un panel représentatif de 4.000 personnes âgées 15 ans et plus. Malgré la baisse printanière due au confinement, elle met en avant une pratique sportive globalement stable au sein de la population française en 2020. Lors du précédent baromètre, en 2018, 66% des Français avaient déclaré avoir pratiqué au moins une activité physique et sportive au cour des douze derniers mois. Contre 65% l’an passé.

En dépit des restrictions, 20% des Français assurent d’ailleurs avoir augmenté leur pratique sportive durant le premier confinement. A contre-courant. En misant principalement sur la randonnée, la marche, le footing et le fitness. Les exercices à domicile ont été privilégiés (47% y ont eu recours contre 24% hors confinement). La durée des séances a également baissé pendant cette période. L’Injep observe que les femmes, les jeunes, les personnes peu diplômées ou encore les habitants des communes rurales déclarent moins souvent une diminution de la pratique sportive. Au contraire des personnes diplômées, des cadres et des habitants des zones urbaines, plus touchés par ce phénomène.

"Le masque sportif va accélérer la reprise des activités en salle", assure Maracineanu

A noter que l’étude a été réalisée du 11 juin au 3 juillet dernier. Avant les nouvelles mesures de l'automne, qui ont entraîné la fermeture des salles de sport, des gymnases et des piscines. Reste désormais à savoir quand ces lieux clos vont pouvoir rouvrir au public. "Ce ne sera pas avant un mois, ça je peux le dire, a confié Roxana Maracineanu, la ministre des Sports. En fonction de l’évolution sanitaire, territoire par territoire, on pourra progressivement revenir à une pratique pour tous. En intérieur comme en extérieur. Avec peut-être un passage où les mineurs seront privilégiés par rapport aux adultes."

L’arrivée du fameux masque sportif pourrait faciliter les choses. "Loin de baisser les bras, nous cherchons à explorer de nouvelles voies pour vivre avec le virus. C’est pourquoi nous avons travaillé au masque sportif, qui sera le masque pour tout le monde, de deuxième génération, assure Maracineanu. Il permettra une meilleure respirabilité, avec la même protection que procurent les masques chirurgicaux. Ce masque permettra d’accélérer la reprise du sport en salle". Et, sans doute, de remotiver une partie de la population.

Alexandre Jaquin avec Sarah Griffon