RMC Sport

WNBA: Comment les joueuses d’Atlanta ont influencé l’élection d’un sénateur démocrate… contre leur patronne

Candidat démocrate, Raphael Warnock a remporté ce mardi en Géorgie une élection sénatoriale décisive pour l'avenir de la politique américaine en battant la républicaine et sénatrice sortante Kelly Loeffler. Un résultat en partie influencé par l'implication des basketteuses de la WNBA, à commencer par celles du Atlanta Dream, franchise dont... Loeffler est la copropriétaire. Explications.

C’était une élection décisive pour l’avenir de la politique américaine. Et ce sont peut-être des joueuses de basket qui l’ont fait basculer. En battant la sortante Kelly Loeffler pour un poste de sénateur de l’Etat de Géorgie, résultat confirmé par la chaîne ABC News puis l’agence Associated Press, le pasteur Raphael Warnock a un peu plus rapproché le contrôle du Sénat américain d’une bascule côté démocrate (il faudra pour cela une autre victoire en Géorgie, celle de Jon Ossof, en tête à l’heure d’écrire ces lignes). Le rapport avec la grosse balle orange? Il tient dans l’implication des basketteuses.

Copropriétaire (avec Mary Brock) de la franchise Atlanta Dream depuis 2011, même si elle n’est pas impliquée dans la gestion de l’équipe au quotidien, la républicaine Kelly Loeffler avait tenté de flatter sa base électorale conservatrice il y a quelques mois en s’attaquant de front à la WNBA et au soutien de la ligue et de ses joueuses au mouvement Black Lives Matter, dont elle déplorait "les idées politiques" et "les valeurs non américaines". La femme d’affaires millionnaire, qui avait obtenu son siège de sénatrice en janvier 2020 en étant nommé par le gouverneur Brian Kemp pour remplacer Johnny Isakson (qui s’était mis en retrait pour une question de santé), avait ainsi écrit une lettre à la patronne de la WNBA, Cathy Engelbert, pour critiquer cet engagement et demander à remplacer les messages allant dans ce sens sur les maillots des joueuses par le drapeau américain.

De quoi provoquer un clash avec les joueuses de différentes franchises qui avaient alors réclamé son éviction du Dream, option rejetée par Cathy Engelbert qui avait expliqué qu’elle ne pouvait pas la forcer à vendre ses parts. Pas de quoi décourager les joueuses, à commencer par celles du Dream, qui avaient transformé leur opposition à Kelly Loeffler et à ses idées (sur le mouvement Black Lives Matter mais aussi les droits LGBTQ) en pur soutien de son adversaire, Raphael Warnock, en arborant des t-shirts demandant à voter pour lui dans la "bulle" de Bradenton (Floride), où se déroulait leur saison, sur une idée de la star Sue Bird. Vous avez bien compris: les basketteuses du Dream, accompagnées d'autres équipes entières comme le Phoenix Mercury ou le Chicago Sky, ont fait campagne pour l’opposant de leur copropriétaire.

Angel McCoughtry, joueuse des Las Vegas Aces, lors d'un meeting en faveur des candidats démocrates pour les élections sénatoriales de Géorgie en décembre 2020
Angel McCoughtry, joueuse des Las Vegas Aces, lors d'un meeting en faveur des candidats démocrates pour les élections sénatoriales de Géorgie en décembre 2020 © AFP

Et elles n’ont rien lâché, à l’image de la joueuse des Las Vegas Aces Angel McCoughtry qui avait pris la parole lors d’un meeting en faveur des candidats démocrates aux deux postes de sénateur de Géorgie début décembre à Conyers. Pour un résultat concret: plusieurs études montrent que l’exposition médiatique offerte à Raphael Warnock par les joueuses de WNBA a joué un rôle dans l’élection. Début août, avant d’obtenir le soutien des basketteuses, le pasteur bénéficiait ainsi de 9% d’intentions de vote contre… 26% pour son adversaire républicaine.

Les dons en faveur de la campagne de Raphael Warnock ont également augmenté de 10% puis 20% quand les joueuses ont évoqué publiquement leur défiance envers la copropriétaire du Dream puis porté les t-shirts en soutien au candidat démocrate. Résultat? Après l’élection de novembre, où aucun des deux n’avait atteint les 50% de voix nécessaires (ce qui a provoqué ce "second tour" en janvier), le démocrate avait fini par prendre la tête des intentions de vote avant de s’imposer ce mardi pour devenir le premier sénateur noir de Géorgie.

Un résultat qui n’a pas échappé aux joueuses, nombreuses à réagir avec joie sur les réseaux sociaux, mais aussi à un certain LeBron James, très impliqué dans le mouvement Black Lives Matter et qui a sorti sa plume sur Twitter pour se déclarer prêt à s’engager pour voir Kelly Loeffler – qui avait abandonné son siège au conseil des gouverneurs de la WNBA en octobre 2019 – abandonner ses parts du Dream après sa défaite. "Je pense que je vais monter un groupe pour prendre la propriété du Dream", a lancé la superstar NBA. Avant de poser une question: "Qui est avec moi?" Vu la nature des réponses en-dessous de son tweet, ils seront nombreux. Reste à savoir si Kelly Loeffler se décidera à vendre ses parts. On sait déjà qui cela rendrait heureux: les joueuses de sa propre franchise. Celles qui ont participé à la faire battre pour un siège décisif au Sénat. 

Alexandre HERBINET (@LexaB)