RMC Sport

Brunet : « Je ne pouvais pas tomber plus bas »

Marie-Laure Burnet

Marie-Laure Burnet - -

Marie-Laure Brunet a décroché son premier podium de la saison, ce jeudi lors du 15 km d’Östersund (Suède). Déjà très en jambes dimanche lors du relais mixte, la Française confirme ainsi son beau retour sur le devant de la scène, après une saison dernière difficile.

Marie-Laure, quel plaisir de lancer la saison par un podium

Ça fait toujours du bien de commencer la saison avec un podium, surtout sur une course individuelle. Après la déception de ce week-end sur le relais mixte, ça fait du bien de monter sur la boîte.

Comment analysez-vous votre course ?

Ça a été une course un peu particulière pour moi. J’avais du mal sur les skis à trouver mon rythme. Du coup, je me suis vraiment concentrée sur des points techniques pour ne pas perdre le fil et continuer à me battre. Là où je suis vraiment contente, c’est que malgré tout ça, j’ai su mener ma course comme j’aime le faire, c’est-à-dire de vraiment prendre chaque arrêt au pas de tir, ne pas tomber dans la réflexion, vraiment faire le travail qu’il y a à faire, puis compter les points à la fin. C’est ce qui m’a plu aujourd’hui. 

Ce podium confirme votre belle prestation dimanche lors du relais mixte

J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir sur le relais mixte car je fais une belle course avec de bonnes sensations. Je me suis vraiment amusée. C’était super. Après, c’est sûr qu’on était un peu triste car ça aurait vraiment été bien de gagner ce relais pour toute l’équipe. Mais c’est le biathlon et on sait que tout peut arriver. Le plus important, c’est que ça le fasse le bon jour.

Les conditions météo ne vous ont-elles pas trop dérangé ?

Les conditions n’avaient rien à voir avec ce qu’on a pu voir hier. Aujourd’hui, ce n’était pas du tout ça. Les conditions étaient plus stables. Toutes les athlètes étaient sur le même pied d’égalité au niveau des conditions. C’est déjà une bonne chose quand ce n’est pas la loterie. Après, il y a toujours plus ou moins de vent. Sur mon dernier tir, je crois vraiment que ma faute est liée au vent car j’étais vraiment dans mon tir et tout se passait bien techniquement. J’ai eu un petit coup de vent et ça m’a un peu dérangé. Ça fait partie du jeu.

Votre bon début de saison est-il lié à votre décision de mettre fin prématurément à votre dernière saison ?

Je suis fière d’avoir pris cette décision l’an dernier. Je crois vraiment que c’était la bonne. C’est sûr que ça a été délicat et que j’ai eu des moments difficiles. Après, j’ai de la chance car j’ai beaucoup de gens autour de moi sur qui je peux m’appuyer. Ils sont toujours là pour moi, c’est réconfortant. Maintenant, j’ai évolué. Je n’aborde plus les choses de la même façon, j’ai un peu plus de sérénité et de maturité. Je crois vraiment que ça va m’aider pour le reste de ma carrière.

Pourquoi avoir pris cette décision ?

C’était une obligation, une nécessité. J’étais en surentraînement, donc je ne pouvais pas tomber plus bas. Si je ne prenais pas cette décision-là, qui était quand même difficile à prendre, vous ne m’auriez plus revu sur des skis (rires). Quand on est vraiment au pied du mur, il faut prendre des grandes décisions si on veut remonter. C’est ce que j’ai fait. J’étais bien entourée. Les membres du staff ont vraiment été géniaux. Ils ont toujours été là pour me freiner et me dire de reprendre progressivement. J’ai bien été épaulée et ça, c’est important. Cette coupure m’a permis de prendre du recul et de me refaire une santé physique et mentale. A force de souffrir pendant les courses, ça entame la confiance et au bout d’un moment, ça devient difficile. Maintenant, je me sens à nouveau bien, même s’il faut que je reste un peu patiente car les choses peuvent évoluer.

A lire aussi :

>> M.Fourcade, la réponse du champion

>> M. Fourcade : « Favori ? Pas désagréable »

>> EN VIDEO : Un relayeur de la flamme prend feu

Propos receuillis par Julien Richard