RMC Sport

Le globe en vue pour Fourcade

Martin Fourcade

Martin Fourcade - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Deuxième du sprint de Kontiolahti (Finlande), Martin Fourcade s’est un peu plus rapproché de son troisième globe de cristal consécutif. Avec 195 points sur Svendsen, le Français n’a plus qu’un dernier effort à faire pour valider son sacre.

Plus rien ne semble pouvoir priver Martin Fourcade de son troisième globe de cristal consécutif. Deuxième ce jeudi lors du premier sprint de Kontiolahti (Finlande), avant-dernière étape de Coupe du monde cette saison, le Catalan est proche d’ajouter une nouvelle ligne à son palmarès. Toujours aussi prudent sur le pas de tir, où il n’a commis aucune faute, le cadet des frères Fourcade est monté sur son 13e podium de la saison, le 63e de sa carrière sur le circuit.

« C’était encore une très bonne course, avec un sprint de très très haut niveau, témoigne-t-il. Je crois que ça faisait 20 ans qu’on n’avait pas vu une course aussi relevée. Tous les meilleurs mondiaux n’ont pas fait de faute au tir. Ça ne s’est joué à pas grand-chose. C’était une course vraiment prenante. Depuis les Jeux Olympiques, j’ai une stratégie qui est de gagner le classement général de la Coupe du monde. Contrairement à certains qui ne jouent plus rien, je ne peux pas me permettre de prendre des risques sur la vitesse de tir. C’est ce qu’il me manque aujourd’hui pour aller chercher la victoire. Mais c’est ce qui me permettra de gagner le classement général dans deux semaines. »

195 points d'avance pour Fourcade

Seulement devancé par Johannes Thingnes Boe, le double champion olympique a encore grignoté des points précieux sur son dauphin, Emil Hegle Svendsen. Huitième malgré un tir parfait, le Norvégien laisse filer 20 points de plus au Français, qui compte désormais 195 longueurs d’avance en tête du général, à seulement cinq courses de la fin de la saison.

En sachant que la victoire vaut 60 points, il ne reste que 300 points à offrir aux vainqueurs des dernières épreuves de la saison. Autant dire qu’il faudrait un véritable miracle pour que Svendsen grille le double tenant du titre sur la dernière ligne droite. Mais en biathlon, la faute au tir est si vite arrivée que tout peut rapidement basculer.

A.M.