RMC Sport

Martin Fourcade : ''Egaler Poirée, une grande fierté''

Martin Fourcade

Martin Fourcade - AFP

En s’imposant ce vendredi sur la poursuite de Presque Isle, Martin Fourcade a remporté son 7e succès de la saison, le 44e de sa carrière. Un chiffre mythique qui lui permet d’égaler le record de Raphaël Poirée. La star française du biathlon n’a pas caché son émotion au micro de RMC.

Avec votre succès à Presque Isle ce vendredi, vous atteignez la marque mythique de Raphaël Poirée. Que représente ce record ?

C’est un grand bonheur. J’ai grandi en regardant Raphaël Poirée gagner des courses donc forcément je sais ce que ça signifie. Il m’a inspiré, c’est une grande fierté. Le plus important n’est pas là, c’est de voir que comme lui j’ai laissé une petite trace. Je suis très heureux d’être au niveau de Raphaël.

Après la 3e place du sprint jeudi, vous avez eu du mal en début de course ce vendredi, avec deux pénalités sur les premiers passages au pas de tir. Quelles étaient les sensations ?

Ça a été une course difficile à gérer parce qu’il faisait très froid, -18°c. C’étaient des températures dont on n’avait pas l’habitude ces derniers temps. Avec le vent, c’était assez difficile pour les organismes. J’ai mis un peu de temps à me mettre en route.

Vous allez maintenant vous préparer pour les Mondiaux d’Oslo, du 3 au 13 mars. Vous êtes dans une condition idéale mentalement ?

C’est une super chose de savoir que je suis déjà prêt à quelques semaines des Mondiaux. Je vais aussi essayer de retenir le négatif de la course du jour, ces petites balles qui vont me pousser à être encore meilleur dans ma préparation jusqu’au Mondiaux, pour justement aller chercher les titres dont je rêve.

Entre le 5e globe consécutif, et les Mondiaux, quelle a été la hiérarchie de vos priorités ?

J’ai plus axé ma saison sur le général de la Coupe du monde que sur les Mondiaux. Aujourd’hui, j’ai la chance, même si je n’ai pas encore gagné le globe loin de là, d’avoir sécurisé une bonne partie de cet objectif-là. Maintenant, je vais me mettre dans une configuration Mondiaux. En essayant de tout lâcher sur ces courses d’un jour, en sachant que forcément ma préparation n’a pas été axée sur les Mondiaux, que je ne serais pas à 100% comme pourront l’être certains, comme les Norvégiens, qui eux ont choisi de tout miser sur les Mondiaux, a posteriori, une fois qu’ils avaient perdu le général. Je pense que malgré ça, j’ai de belles choses à montrer, de belles cartes à jouer, et que ça laisse de belles possibilités pour ces Championnats.

Quel est votre objectif sur le plan comptable à Oslo ?

Je me suis fixé une médaille d’or, et le reste c’est du bonus. Je connais mon sport, je sais à quel point c’est difficile d’être régulier, d’être constant, du coup je serais très heureux avec une médaille d’or, parce qu’il faut déjà l’obtenir. Et ensuite aller chercher un maximum de médailles et de titres possibles si ça venait à se passer de la meilleure des manières.