RMC Sport

Mondiaux de biathlon : M.Fourcade force 9 !

Martin Fourcade

Martin Fourcade - AFP

Vainqueur de la poursuite ce dimanche à Oslo, Martin Fourcade (27 ans) a conquis sa troisième médaille d’or lors de ces Mondiaux. Le 9e titre de sa carrière. Et ce n’est sans doute pas fini…

Sur l’échelle de Beaufort, qui classifie de 1 à 12 la force des vents, le degré 9 est défini ainsi : « Fort coup de vent, lames déferlantes grosses à énormes ». Désormais détenteur de neuf titres mondiaux, Martin Fourcade colle singulièrement à la définition. Vainqueur ce dimanche de la poursuite, le Catalan a enchainé un troisième sacre lors de ces Mondiaux de biathlon à Oslo, après ses titres en relais mixte et en sprint. La liste chiffrée de ses exploits ne s’arrête pas là. Avec ce succès, Fourcade assure un cinquième gros globe consécutif. Cela n’avait jamais été fait. Comme n’ont jamais été conquis quatre titres en individuel lors d’un championnat du monde. Désormais l’objectif de Fourcade en Norvège.

Parti avec 27 secondes d’avance sur la légende Ole Einar Bjoerndalen, le natif de Céret n’a jamais tremblé. Impérial sur les skis, deux sans fautes sur les deux tirs couchés lui ont donné suffisamment de marge pour se permettre trois erreurs sur les deux derniers tirs debout. Il a fini avec plus de 20 secondes d’avance sur un duo de Norvégiens composé d’Ole Einar Bjoerndalen et Emil Hegle Svensen. Malgré sa totale maitrise, Fourcade avouait sur RMC une grosse adrénaline : « C’est une course beaucoup plus forte en émotions par rapport au sprint. C’est un mano à mano. J’ai vraiment fait le taf au début de la course et j’en avais besoin avec les deux fautes sur le dernier tir. »

Le six sur six "dans un coin de la tête" 

Qualifié de « véritable machine » par son coach Stéphane Bouthiaux, Fourcade voit plus loin. Un carton plein à Oslo, sur les terres du biathlon, serait bien sûr historique. Le biathlète a d’ailleurs déjà pris rendez-vous avec le roi norvégien en personne, Harald V. « C’est la première fois que je négocie avec un chef d’Etat, a raconté Fourcade sur RMC après avoir croisé le souverain dans sa loge. Je lui ai dit : "On se voit jeudi (individuel)". Il m’a dit "Non, dimanche (mass start) !". Puis on est parti sur samedi (relais messieurs). » Redescendu de son nuage, il confiait un peu plus tard : « Le carton plein, on m’en parle beaucoup, donc c’est forcément dans un coin de la tête. Mais il faut prendre les courses les unes après les autres. »

SR avec JRi à Oslo