RMC Sport

Mondiaux de biathlon : "pas de bonnes sensations" pour M.Fourcade

Champion du monde du relais mixte ce jeudi à Oslo aux côtés d’Anaïs Bescond, Marie Dorin-Habert et Quentin Fillon-Maillet, Martin Fourcade pense désormais à son marathon d’épreuves individuelles. En toute sérénité, mais avec le sentiment de devoir hausser le niveau samedi sur le sprint.

Martin Fourcade, comment vous êtes-vous senti sur les skis ?

Un peu tendu. J’ai du mal à attendre dans les relais, la position de quatrième relayeur ne convient pas tellement à mes qualités. C’est souvent celle qu’on donne au meilleur athlète, donc c’est une position que j’assume et j’essaie de faire du mieux possible. Mais l’attente me mange un peu, je pense que ça m’a pris du jus. Je n’étais pas super en termes de sensations. Après, je savais ce que j’avais à faire. Je savais que ce serait difficile avec Schempp dans le dernier tour. La seule chose qui comptait, c’était de gagner.

Pourquoi ne pas avoir attaqué avant ?

J’ai fait tout le début du tour à 95% pour maintenir Tarjei Boe à distance. A partir du moment où on était dans la grande montée pour revenir sur le stade, je savais que ce n’était plus qu’une bataille à deux avec Schempp. Mais je crois qu’il était aussi fatigué que moi et j’avais gardé un peu plus de lucidité et de fraîcheur.

En 2009, vous étiez remplaçant lors du dernier sacre mondial en relais. Est-ce une petite revanche ?

Je ne l’avais pas vu comme une injustice parce que j’avais accepté cette place de remplaçant. Sportivement, sur les championnats, j’avais clairement ma place dans le relais. Mais Vincent (Defrasne) avait d’autres qualités. C’était un choix d’équipe que j’avais accepté sans aucune amertume et j’étais super content pour eux. Mais ça m’a donné des idées pour la suite et je suis content d’avoir gagné au moins un titre en équipe. J’espère que j’en aurai un aussi avec les garçons.

Vous disiez ne pas vous sentir au mieux physiquement. Etes-vous inquiet ?

Non, je ne suis pas inquiet. Mais je ne suis pas super content de mon physique aujourd’hui. Je n’ai pas les meilleurs temps sur ce relais. C’est un constat.

Pensez-vous que cette médaille aura des conséquences, sur vous ou les autres ?

Si ça en a pour moi, elles seront positives. Je n’avais pas de bonnes sensations aujourd’hui donc je n’en aurai pas de moins bonnes samedi (pour le sprint, ndlr). Et avec un peu de chance, ça m’aura décrassé !

J.Ri à Oslo