RMC Sport

JO d’hiver – Sotchi 2014, c’est déjà parti !

Tessa Worley, championne du monde de slalom 2013

Tessa Worley, championne du monde de slalom 2013 - -

A huit mois des Jeux olympiques de Sotchi, l’équipe de France a lancé sa préparation cette semaine avec un stage dans le Jura et les Alpes. Répartis en équipes inter-disciplines, les athlètes ont enchaîné les séances physiques, et surtout partagé de précieux conseils.

Ce n’est pas encore la dernière ligne droite, mais ça y ressemble. A 251 jours du coup d’envoi des Jeux olympiques de Sotchi, la délégation tricolore était réunie de dimanche à vendredi à Prémanon (Jura), puis Chamonix (Alpes), afin de mettre un pied dans le vif du sujet. Comme à Cargese (Corse) il y a quatre ans, avant l’échéance Vancouver, skieurs, biathlètes, patineurs et les autres ont entamé leur préparation par un stage d’épreuves physiques, en équipes mixtes de six et en brassant toutes les disciplines.

Au menu : course d’orientation, natation, cyclisme, biathlon… Et surtout : partage. Car sous couvert du challenge sportif, ces six jours sont surtout l’occasion pour le contingent français d’échanger sur leur vécu pour les uns, leurs appréhensions pour les autres, à huit mois du grand rendez-vous de la saison à venir. « Il y a 70% de nos athlètes qui étaient déjà présents à Vancouver, donc on peut dire qu’on a une équipe d’expérience, estime Luc Tardif, président de la Fédération française de hockey sur glace. Je pense qu’ils sont en mesure de capitaliser sur cette expérience et de la partager avec les nouveaux. Ce moment est important. C’est un guide pour les derniers préparatifs avant Sotchi ».

Rolland : « Les biathlètes nous mettent la misère »

A l’image de Kevin Rolland, les « bleus » sont avides de tuyaux en tout genre : « On me parle beaucoup de ces Jeux, explique le freestyler. On me dit que ce n’est pas une compétition comme les autres, qu’elle ne s’aborde pas comme les autres, qu’il y a une pression démultipliée. J’essaie de me renseigner pour savoir si tout ça est vrai. J’essaie de prendre des avis sur les athlètes qui ont déjà participé, voir comment ils l’ont vécu pour essayer de me projeter ». « Je demande des petits conseils, des petits trucs, surenchérit Florent Amodio, champion d’Europe 2011 de patinage artistique. Moi j’ai mon expérience personnelle, mais c’est tellement riche toutes les expériences qu’il y a ici, il y a tellement d’énormes champions qu’on peut profiter pour se nourrir de cela ».

A en juger par les différents témoignages, l’objectif des dirigeants, désireux de créer un acte fondateur avant les Jeux, est largement atteint. « Des fois j’ai eu envie de jeter le vélo dans le ravin, mais on a tous donné le maximum, et c’est très bien », sourit Tessa Worley, championne du monde de slalom. « Les fondeurs et les biathlètes nous mettent la misère à toutes les épreuves, parce qu’on est plus sur du cardio, mais on le vit bien », s’amuse Rolland. « Il y a vraiment un esprit d’équipe qui s’est formé au travers d’étapes que personnellement mon corps ne connaissait pas, s’enthousiasme Amodio. On s’est entraidés, on s’est soutenus, on s’est poussés… C’est génial, parce qu’arriver à Sotchi avec une équipe grandiose en formant une bande de potes, ça nous rend mille fois plus forts. »

Alors que Fabien Saguez, DTN du ski alpin, a fixé l’objectif à « 15 médailles, dont au moins un tiers en or », ce stage semble donc être un point de départ réussi. « Il y a toujours des choses apprendre des meilleurs mondiaux et il y a en plein dans toutes les équipes, donc c’est vraiment une chance, conclut Martin Fourcade, argenté à Vancouver en Biathlon. On ne révolutionne rien cette semaine mais à notre niveau, ça se joue dans les détails, et ces petits détails, c’est à ces moments-là qu’il faut aller les chercher ». Le compte à rebours est bien lancé…

A lire aussi :

- Tout sur Sotchi 2014

- Sotchi : Les médailles olympiques et paralympiques dévoilées

- JO - Sécurité renforcée à Sotchi dès juin

A.T. et avec Edward Jay