RMC Sport

Joubert : « On est trop frileux »

Joiubert : "Déçu d'avoir été battu par un gars qui n'a pas tenté de quadruple."

Joiubert : "Déçu d'avoir été battu par un gars qui n'a pas tenté de quadruple." - -

Vice-champion du monde à Göteborg derrière le Canadien Jeffrey Buttle, Brian Joubert regrette que le système de notation actuel pousse les patineurs à la prudence.

Brian, quel est votre sentiment à l’issue de cette deuxième place héroïque synonyme quand même de perte de votre titre…
Je suis fier parce que ça a été une saison très difficile, et pas seulement les championnats du monde qui ont été comme les précédents, durs nerveusement, mais OK physiquement. La saison a été une galère perpétuelle. Samedi dernier avant de partir aux Mondiaux, j’étais dans la patinoire à 2h du matin pour régler des problèmes de patin… ça Jean-Christophe ne le sait pas (Rires). Je suis néanmoins déçu parce que je me fais battre par quelqu’un (Jeffrey Buttle) qui ne tente pas de quadruple. Je n’ai rien contre lui, mais c’est le système qui veut du propre, et s’il avait tenté un quadruple dans le court ou dans le libre, ça aurait été complètement différent. On ne fait qu’un seul quad parce qu’on se dit qu’en cas de chute au deuxième, on n’est pas sur le podium.

Avez-vous suivi les passages de vos concurrents ?
Je regarde toujours le début des programmes de mes concurrents, puis les notes. Quand je voyais les scores qui étaient assez faibles, je me suis dit tu vas faire deux quadruples. Mais en rentrant sur piste, je ne me suis pas senti bien du tout, et j’ai décidé d’assurer, j’ai fait le premier quad, et derrière j’ai préféré faire le triple.

Vous avez quand même battu des concurrents directs au titre…
Je suis content parce que je bats Daïsuke qui était favori pour le titre, je bats Lambiel, je prends ma revanche sur Verner par rapport aux championnats d’Europe, Jeffrey, c’est lui qui prend sa revanche parce que je l’avais battu au Skate Canada. Ce n’est pas plus mal, ça me donnera encore plus faim pour la saison prochaine.

Etiez-vous tendu ?
J’étais tendu mais je maitrisais. A Zagreb (championnats d’Europe 2008), je sentais que ça me coupait les jambes au fur et à mesure. J’étais plus concentré que tendu. Je sentais au fond de moi-même que j’étais prêt. Ça me fait beaucoup de bien d’avoir tenu cette compétition, j’ai tenu, les entraînements étaient fiables. Ça a été du pur bonheur.

Comment abordez-vous l’avenir ?
J’ai envie de progresser, mais l’année prochaine va être une année de transition. Je n’ai pas envie d’être au top, ce sera l’année préolympique où je voudrais m’amuser et tenter des prouesses.

Avez-vous les Jeux 2010 de Vancouver déjà en tête ?
Ça fait depuis 2006 que je l’ai en tête, j’ai envie de prendre ma revanche, de gagner cette médaille. Cette saison a été hyper dure mais j’ai beaucoup appris.

La rédaction - François Giuseppi