RMC Sport

Lizeroux : « Continuer sur ma lancée »

-

- - -

Avant le slalom de Kranjska Gora (SLO), le double médaillé d’argent au Championnats du monde de Val d’Isère revient sur une saison palpitante et les chances de Jean-Baptiste Grange pour le Globe de Cristal.

Julien Lizeroux, deux fois deuxième aux championnats du Monde de Val d’Isère, deuxième à Sestrière, la première place semble-vous fuir à chaque fois ?

Je ne me suis pas posé la question par contre mes amis oui. D’ailleurs ils commencent à m’appeler Raymond en référence à Raymond Poulidor. Maintenant ça ne me pose aucun problème. Je crois que finir deuxième sur des Championnats du Monde ou en Coupe du Monde ça reste une très grande performance. A moi d’être plus attentif aux petits détails pour continuer sur ma lancée.

Votre ami Jean-Baptiste Grange peut être sacré sur le slalom de Kranjska Gora, dans quel état d’esprit est-il actuellement ?
Il est plutôt bien. Il est comme tous les skieurs du circuit un petit peu fatigué. C’est normale c’est la fin de saison on est tous plus ou moins émoussé. On a eu une grosse saison. Mais il arrive en confiance, il s’est bien remis dans le bain sur le super-combiné de Sestrière. Tout le monde est content et a envie de se déchirer sur cette course. Il est important pour nous de garder le même état d’esprit.

Comme la saison dernière Grange est à la lutte pour le titre à deux épreuves de la fin, se retrouver une nouvelle fois dans cette situation peut-elle être une force pour lui ?
A mon avis oui. On a coutume de dire que c’est dans les moments difficiles que l’on apprend que l’on engrange de l’expérience. C’est sur que cette expérience peut lui servir, c’est peut être ça qui va faire la différence. Jean-Baptiste a tout pour bien faire et tous les français aussi d’ailleurs. On a tout pour faire une belle fin de saison. Maintenant ce ne sont que des mots il faudra mettre les résultats sur le papier. Et si on peut l’aider on le fera.

En gagnant en Slovénie par exemple ?
Pourquoi pas. Bien sur, je vais faire ma course en essayant de resté bien concentré. Ca commence par une grande concentration lors des reconnaissances, je pense que c’est aussi là que se fait la différence. De toute façon à Kranjska, c’est toujours dans des conditions assez difficiles. Il faut beaucoup s’engager et tout donner quitte à commettre des petites fautes. Je suis en confiance en ce moment peut être un peu moins bien physiquement. On a eu un long mois de janvier mais je ne m’inquiète pas. Il faut que je continue sur ma lancée et on fera les comptes en bas des pistes.

La rédaction - Georges Quirino