RMC Sport

Mattel : « Mon nom dans l’histoire, c’est énorme ! »

Coline Mattel

Coline Mattel - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Coline Mattel a décroché le bronze lors du premier concours olympique de saut à skis féminin, ce mardi à Sotchi. Une récompense que savoure la Française de 18 ans, consciente d’avoir vécu un moment unique.

Coline, vous réalisez que vous êtes médaillée de bronze aux Jeux Olympiques ?

Pas vraiment, ça va, ça vient. Dès fois, je réalise. Après, j’oublie et je tombe sur quelqu’un avec un grand sourire ou en pleurs et là je réalise à nouveau. C’est ouf, incroyable. C’est beaucoup d’émotion.

Cette médaille est également historique

Oui, je sais que c’est historique. Il se passe tellement de trucs dans ma tête. C’était l’étape la plus importante de l’histoire du saut à skis féminin. Je suis hyper fière d’avoir pu y participer et de décrocher cette médaille de bronze. Inscrire mon nom dans l’histoire, c’est énorme. Ça rajoute un petit truc en plus.

A quoi avez-vous pensé dans l'aire d'arrivée ?

Je savais que j’avais fait un deuxième saut moins bon. Du coup, c’était le moment de vérité. Est-ce que ça va passer ou pas ? C’était interminable, le temps s’est étiré. C’était les secondes les plus longues que j’ai jamais vécues. C’était terrible. Et quand le résultat s’est affiché, j’ai soufflé et je me suis dit : « C’est bon, je l’ai fait ! » C’était parfait.

Cette médaille était-elle une obsession ?

Oui, je me suis préparé et j’ai bossé pour ça. C’était l’objectif depuis le début de la saison. Ça y est et ça fait du bien. Je ne voulais pas être déçue et je ne le suis pas. Je sais que c’était vraiment serré et que j’aurais pu gagner mais je ne suis pas déçue. Je veux profiter de ce moment à fond.

Comment imaginez-vous la cérémonie de remise des médailles ce mercredi ?

Je ne sais pas. Tout est énorme ici. Du coup, je m’attends à un truc énorme.

A lire aussi :

>> Le Club France fête ses héros

>> Mattel bronze à Sotchi

>> JO de Sotchi : Revivez la journée du 11 février

Propos recueillis par Georges Quirino et à Sotchi