RMC Sport

Jeux paralympiques : comment Bochet a gagné quatre médailles d’or

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La Française Marie Bochet a conclu les Jeux paralympiques par une quatrième médaille d’or décrochée en slalom géant, dimanche. Une moisson incroyable qui est le fruit d’une préparation effectuée avec les valides.

La France aura un porte-drapeau quatre fois plus doré que les autres, ce dimanche lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Sotchi. Après ses titres en descente, Super-G et en super-combiné, Marie Bochet a remporté un quatrième titre olympique ce dimanche en étant la plus forte sur le slalom géant. En tête après la première manche, la Française s’est fait une frayeur en faisant un écart dans un virage. Mais cela ne l’a pas empêché de devancer sa rivale allemande Andrea Rothfuss. Car la skieuse d’Albertville ne laisse rien au hasard. Après des JO sans médaille à Vancouver, la jeune Française a décidé de prendre en main son destin olympique en intégrant le pôle France de ski alpin à Albertville. Ce qu’aucun autre sportif paralympique n’avait fait avant elle.

Elle passe outre sa malformation du bras gauche et bûche sans cesse pour atteindre l’excellence en disposant des mêmes moyens et infrastructures que les valides. « Ils acceptent tous leur handicap et en rigolent tous les jours, explique Michael Charrière, son entraîneur depuis quatre ans. On est aussi exigeant avec elle qu’avec une valide et c’est pour ça qu’elle arrive à faire ça. » Une approche avant-gardiste qui révolutionne le monde du handisport. « C’est le bel exemple de l’évolution du handisport en France, appuie Yohann Taberlet, skieur paraplégique qui a également évolué avec les valides. On montre que lorsqu’il y a une préparation sérieuse derrière, on arrive à de belles choses. Elle a ce statut hors norme sur les courses. Elle un don mais quand il y a une préparation derrière, ça fait mal. »

Bochet : « Les valides m'ont tiré vers le haut »

« Les valides m’ont tiré vers le haut, avoue la principale intéressée. Ça m’a apporté un autre collectif d’entraînement. Je n’en serais pas là aujourd’hui si je n’avais pas intégré cette structure. » Boostée par cette émulation, la septuple championne du monde rafle tout avec cette recette explosive. « Ce qu’elle a en plus des autres, c’est une maturité et une approche de la haute compétition exceptionnelle pour une athlète de 20 ans, explique Pierrick Giraudeau, DTN adjoint. Dès qu’elle est sur une semaine de non-ski, elle fait tout un travail de préparation athlétique avec le pôle France. Elle pousse les analyses techniques et vidéo un peu plus que la moyenne. Elle a une hygiène de vie en adéquation avec une vie de sportif de haut niveau. Tous ces déterminants ajoutés à ses qualités naturelles de glisse font qu’elle obtient des résultats très significatifs en étant très jeune. »

A lire aussi :

>>> Sotchi (ski nordique) : Les Bleus bronzés

>>> Fourneyron compare Bochet à Killy

>>> Jeux Paralympiques : « Abraracourcix », un chef en or

La rédaction