RMC Sport

Kitzbühel: le verdict est sévère pour Kryenbühl, après sa très lourde chute

Urs Kryenbühl, souffre de grosses blessures après avoir lourdement chuté lors du dernier saut de la descente de Kitzbühel ce vendredi. Cette dernière partie de la piste a provoqué de nombreuses critiques face à sa dangerosité.

La descente de Kitzbühel avait suscité de nombreuses critiques ce vendredi, après la chute terrifiante d'un skieur suisse sur le dernier saut. Le constat des blessures est sans appel: Urs Kryenbühl souffre "d'une commotion cérébrale, d'une fracture de la clavicule droite et d'une déchirure des ligaments du genou droit", a annoncé sa Fédération.

Lancé à plus de 146 km/h, Urs Kryenbühl, qui est monté à deux reprise sur le podium cette saison, n’a pas réussi à maitriser sa réception, avant de tomber la tête la première tout juste devant l’aire d’arrivée. Il a été évacué quelques minutes plus tard par hélicoptère. La fédération de ski suisse a indiqué dans son communiqué que le skieur de 26 ans "passera la nuit à l'hôpital pour surveillance et devrait rentrer en Suisse demain", alors que sa fin de saison ne fait pas de doute.

La fameuse descente de Kitzbühel, réputée comme la plus dangereuse du monde, a fait dégâts: Kryenbühl ajoute son nom à la liste des skieurs ayant connu une grave chute à cet endroit de la piste, après l'Américain Scott Macartney en 2008, le Suisse Daniel Albrecht en 2009 et l'Autrichien Hans Grugger en 2011. Un autre skieur a fait les frais de cette piste ce vendredi: l’Américain, Ryan Cochran Siegle, qui souffre d’une "fracture mineure d’une vertèbre cervicale".

La colère de Johan Clarey après l'organisation

Classé quatrième de la descente ce vendredi, le Français Johan Clarey, lui aussi lourdement tombé au même endroit lors de la descente d’entrainement jeudi, a protesté contre l’organisation. "Ça fait deux jours qu'on demande à racler la dernière bosse, qui est trop longue. On fait 80 mètres, on arrive à 145 km/h dessus... On demande à la racler et le matin à la reconnaissance elle n'est pas abaissée. Je trouve qu'ils sont fautifs là-dessus", a-t-il déclaré.

A 17h00, lors de la réunion des capitaines qui précède la deuxième descente prévue samedi, les organisateurs se sont excusé pour le saut final, tout en assurant avoir travaillé la bosse dès le jeudi.

ALR avec AFP