RMC Sport

Lizeroux, l’incroyable comeback

Julien Lizeroux

Julien Lizeroux - -

De retour cet hiver, Julien Lizeroux sera bien du voyage à Sotchi pour les JO (7-23 février). Un exploit pour le slalomeur de La Plagne, double vice-champion du monde en 2009, qui sortait de quasiment trois saisons blanches.

C’était la très grosse cote pour une sélection olympique aux Jeux de Sotchi (7-23 février). Julien Lizeroux fait pourtant bel et bien partie des derniers noms intégrés ce lundi dans la sélection des 116 athlètes français qui iront à Sotchi. Après un très long tunnel parsemé de douleurs récurrentes depuis 2010, d’une opération au genou en 2011 et de deux hivers (2012 et 2013) sans pouvoir faire de ski, le Français de 34 ans sera au départ de l’épreuve de slalom, le samedi 22 février. « Je n’y pensais pas pour ne pas être déçu. J’avais beaucoup de chemin à parcourir pour pouvoir prétendre y aller. Je suis très agréablement surpris, c’est un miracle. Il ne faut jamais baisser les bras. Ce n’est pas une fin en soi d’aller aux Jeux mais c’est une belle récompense », se félicite ainsi Lizeroux.

Le 17 novembre dernier, à l’issue de longs protocoles de rééducation construits par lui-même, au gré de recherches personnelles sur Internet qui mettent en rage le staff médical traditionnel, le skieur de La Plagne fait son grand retour en Coupe du monde à Levi (Finlande). Après presque trois ans d’absence, Lizeroux, parti avec le dossard 63, frappe fort en se qualifiant d’abord pour la seconde manche, puis en terminant à une très belle 17e place. C’est la première fois depuis 1046 jours que le vice-champion du monde 2009 de slalom et de combiné se retrouve dans le Top 30 d’un slalom de Coupe du monde. Pour le revoir parmi les 30 premiers, il fallait en effet remonter au 6 janvier 2011, date à laquelle il avait pris la 7e place du slalom de Zagreb. Le 18 décembre, le Plagnard prend la troisième place du slalom d'Obereggen (Italie), puis s’impose à Chamonix (4 janvier), deux épreuves comptant pour la Coupe d’Europe.

Brenier : « C'est un guerrier »

Avec ce retour au top, en trois mois chrono, Lizeroux s’est offert son billet pour Sotchi. Un sésame qui sonne comme un vrai pied de nez à tous ceux - très nombreux dans les Alpes - qui le pensaient hors du coup pour la sélection olympique. « Il surprend tout le monde parce qu’après une saison et demie blanche, c’est quand même difficile quand on quitte la compétition de reprendre le rythme, de reprendre le niveau, explique Gilles Brenier, directeur des équipes de France masculines. Ce n’est pas si simple que ça. C’est vraiment quelque chose de phénoménal. A ce niveau-là, arriver à revenir, je sais que s’il y a quelqu’un capable de faire ça, c’est lui parce qu’il a un mental de folie. C’est un guerrier. Il s’est battu toute sa carrière.» Un guerrier qui pourrait encore en surpendre plus d’un en février à Sotchi, voire dès ce mardi soir à l’occasion du slalom de Schladming.

A lire aussi :

>> Lizeroux : « Je m’éclate »

>> Lizeroux brille à Chamonix

>> Dénériaz croit en Lizeroux

Jérémy Bilinski avec EJ