RMC Sport

Mondiaux : Le ski, cause nationale en Autriche

-

- - -

Pays hôte des 42es championnats du monde de ski alpin, l’Autriche a mis les plats dans les grands pour être à la hauteur de l’évènement. Si l’organisation est un réel succès, les skieurs autrichiens doivent désormais en faire autant sur les épreuves.

Le ski en Autriche, c’est une cause nationale. Un raté des skieurs autrichiens dans une compétition majeure peut vite s’apparenter à un drame national. Pour preuve, après une première semaine catastrophique de la « Wünderteam » dans « ses » Mondiaux de Schladming, le public et surtout la presse ont rapidement grincé des dents. Heureusement, ils peuvent souffler : la bande à Marcel Hirscher, qui faisait ses grands débuts dans cette compétition, a offert ce mardi la première médaille d’or au peuple autrichien dans ces championnats du monde.

Un véritable soulagement pour un pays où le ski est l’équivalent du football en France. « Le ski est le sport numéro 1 en Autriche, confirme Caroline Pfanzel, journaliste à la télévision publique autrichienne ORF. Le football existe, mais il n’y a jamais autant de spectateurs qu’à Schladming, où on retrouve 40 000 à 45 000 spectateurs. C’est pour cette raison qu’on attend des médailles de la part des skieurs autrichiens. » Pour comprendre la ferveur des Autrichiens pour le ski, il suffit de jeter un coup d’œil sur la couverture médiatique accordée aux Mondiaux de Schladming, où 400 000 spectateurs payants sont attendus sur la durée des épreuves.

Deux millions de téléspectateurs pour le slalom

Chaque jour, le Kronen Zeitung, quotidien n°1 en Autriche, publie un supplément de 24 pages (!) sur la compétition. L’ORF, le grand réseau de télé-radio du pays, fait vivre l’événement dans son intégralité. La chaîne propose à ses téléspectateurs 70 heures de direct et permet de ne rien rater, pas même les entraînements de descente et les remises des médailles en début de soirée. Sur place, le réseau ORF compte 340 personnes et peut s’appuyer sur ses multiples caméras (46 étaient placées sur la descente masculine samedi dernier). Pour le slalom masculin de dimanche, avec la présence de la superstar Marcel Hirscher, grand successeur du légendaire Hermann Maier, l'ORF attend près de deux millions de téléspectateurs... pour un pays de huit millions d'habitants.

Forcément, les mauvaises performances des skieurs autrichiens peuvent faire tâche. Avec seulement deux médailles de bronze lors de la première semaine (Nicole Hosp et Romed Baumann en super-combiné), les médias n’ont pas été tendres avec la « Wünderteam », notamment avec Anna Fenninger. Du coup, la pression était maximale ce mardi avant le Team Event. A tel point que les coaches ont décidé d’aligner à la dernière minute l’idole autrichienne, Marcel Hirscher, sur cette épreuve « mineure ». Un choix qui s’est avéré payant avec une première breloque en or à la clé. Pas sûr que le peuple autrichien s’en contente…