RMC Sport

Ski alpin: Odermatt n'imagine pas rattraper Pinturault au général

Le Suisse Marco Odermatt, principal adversaire d'Alexis Pinturault au classement général de la Coupe du monde de ski alpin depuis la blessure du Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, estime qu'il ne pourra pas empêcher le Français de triompher cette saison.

Après trois troisièmes places au général de la Coupe du monde de ski alpin (2014, 2015, 2016), et deux deuxièmes places (2019, 2020), Alexis Pinturault va-t-il enfin soulever le gros globe? Depuis la blessure du tenant du titre Aleksander Aamodt Kilde, jusque-là deuxième du classement mais forfait jusqu'à la fin de la saison, cette hypothèse a pris de l'ampleur.

Et encore plus si l'on écoute le discours du Suisse Marco Odermatt, actuel troisième et donc premier poursuivant "valide" du Français. "Je ne pense pas au classement général, Alexis Pinturault est trop fort cette année", a-t-il indiqué ce mercredi.

"Ce n'est pas un rêve pour cette saison, plutôt pour la prochaine"

Odermatt (23 ans), jeune skieur ultra-doué et polyvalent, est pourtant vu comme un vainqueur en puissance du gros globe. Il pointe aujourd'hui à 277 points de Pinturault grâce notamment à un excellent niveau en géant (quatre podiums dont une victoire en six courses). Mais pour lui, l'écart est trop important.

"Mon début de saison est super, surtout en géant où j'ai très bien skié à chaque course, a-t-il estimé en zone mixte à Kitzbühel, avant les courses de vendredi à dimanche (deux descentes et un super-G). Mais je ne pense pas au classement général, non. Alexis Pinturault est trop fort cette année, il skie super bien dans chacune de ses disciplines, ça va être difficile de faire plus de points que lui." Et de conclure: "Gagner le gros globe c'est un grand rêve pour moi, mais ce n'est pas un rêve pour cette saison, plutôt pour la prochaine."

Débutée mi-octobre à Sölden, la Coupe du monde de ski alpin doit s'achever fin mars à Lenzerheide, en Suisse. Avec une petite vingtaine de courses au programme, le classement a encore le temps d'évoluer...

CC avec AFP