RMC Sport

Théaux : « Bientôt la plus haute marche »

Adrien Théaux

Adrien Théaux - -

Deuxième du Super-G de Crans-Montana ce samedi, Adrien Théaux est monté sur le podium pour la troisième fois de la saison. Troisième à Sotchi et Lake Louise, le Français attend encore une victoire sur les dernières courses de l’hiver...

Adrien, après deux troisièmes places cette année, vous êtes monté d’un cran ce samedi à Crans-Montana…

On essaye, on grappille les places petit à petit. Après la troisième, je monte sur la deuxième en attendant bientôt la plus haute marche. Il reste pas mal de courses avec trois Super-G et deux descentes. Le classement reste donc encore jouable jusqu’à la fin de saison. Il va falloir tenir le choc jusqu’au bout. Je suis un peu émoussé. La saison a été très longue, surtout le mois de janvier où on a enchaîné beaucoup de grosses descentes qui ont bien usé physiquement et mentalement. Mais une journée comme celle d’aujourd’hui rebooste avant les dernières courses.

La saison dernière, vous aviez décroché votre seule victoire lors de la dernière étape. Aimeriez-vous que ce scénario se répète ?

La saison dernière, j’avais remporté la dernière descente de la saison (à Lenzerheide, en Suisse, ndlr). Pourquoi pas le faire à Schaldming (14 mars) ? Mais si je peux le faire avant, je ne vais pas me gêner. On ne choisit pas les épreuves où on va pouvoir gagner ou faire des podiums. On s’élance à chaque fois pour la gagne. Des fois ça passe et des fois, ça marche moins bien. Aujourd’hui, ça a fonctionné, je m’en réjouis.

« Vraiment content d’être sur ce superbe podium »

Vous serez sur le géant ce dimanche. La polyvalence est-elle devenue une de vos priorités ?

Le géant, c’est la base du ski. Même les descendeurs s’entraînent dans cette discipline alors qu’ils ne font pas les épreuves officielles. Techniquement, c’est le format de course qui apporte le plus de chose. Moi, je m’aligne sur toutes les disciplines car ça m’apporte énormément pour la vitesse. La polyvalence est un peu la nouvelle mode mais, en France, on recherche ça depuis longtemps. Ça me plait d’avoir des sensations partout.

Que pensez-vous du retour du grand Benjamin Raich, vainqueur du jour ?

C’est un garçon qui ne fait pas trop parler de lui. Il est moins connu qu’un Alberto Tomba ou un Hermann Maier mais il reste l’un des plus grands skieurs de l’histoire. Il a un énorme palmarès avec 36 victoires. C’est en plus un super mec, assez simple, qui ne se prend pas la tête. Je suis vraiment content d’être sur ce superbe podium avec Benni (Raich) et Didier Cuche. C’est toujours sympa de monter avec ces grands noms du ski. Je suis un peu le petit jeune mais il faut aller les titiller et les bousculer.