RMC Sport

Sotchi : la France se reprend aux Jeux

Vincent Gauthier-Manuel

Vincent Gauthier-Manuel - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Quinze jours après la fin des JO Sotchi, les Jeux Paralympiques débutent ce week-end avec une délégation française réduite, mais non moins ambitieuse. Objectif affirmé : 10 médailles.

Le quinze sera-t-il le nombre fétiche de la France à Sotchi ? Quinze jours après la fin des Jeux Olympiques d’hiver au cours desquels les athlètes valides de l’équipe de France ont ramené dans leurs bagages 15 médailles, les 15 membres de l’équipe de France paralympique (9 alpins, 2 snowboarders, 3 skieurs nordiques + leurs guides) entrent à leur tour en lice. Si la boucle serait bouclée avec un carton plein de 15 médailles, la délégation tricolore n’a néanmoins pas poussé le bouchon aussi loin. Mais s’est tout de même fixé un objectif très ambitieux de 10 médailles.

Objectif 10 médailles

« On s’est donné un objectif de 10 médailles, confirme Emmanuelle Assmann, chef de mission pour la France. Les Jeux, c’est toujours inattendu, donc on ne veut pas mettre de pression mal calculée. On leur a dit : « On vous attend, vous avez tous le moyen d’être sur le podium donc faites le maximum pour y être ! »

Lors des derniers Jeux Paralympiques de Vancouver, la France avait obtenu 6 médailles dont une d'or, pour une 10e place au classement des nations. Un rang qui conviendrait amplement à Gérard Masson, président de la Fédération Français Handisport et chef de délégation à Sotchi.

Bochet, leader à 20 ans

Pour tenter de viser juste, la France pourra s’appuyer sur de sérieux atouts. A commencer par Marie Bochet, 20 ans seulement et déjà propulsée chef de file, elle qui est quintuple championne du monde en ski debout (descente, slalom spécial, slalom géant, super combiné et super G) depuis sa razzia de l’an passé.

« Marie, on sait qu’elle a beaucoup de pression donc on essaye de l’accompagner, explique Emmanuelle Assmann. Là, elle arrive avec une vraie maturité. Elle est toute jeune mais elle a déjà fait Vancouver. Dans sa carrière et dans sa pratique, elle est à maturité. Ouverte, sereine et sur ses performances techniques, elle a prouvé qu’elle était vraiment au top ».

Gauthier-Manuel avec la pancarte de favori

Autre gros espoir de médaille(s) avec le skieur jurassien Vincent Gauthier-Manuel, qui sera par ailleurs porte-drapeau de la délégation française ce soir lors de la cérémonie d’ouverture. Vice-champion paralympique de super-G il y a quatre ans à Vancouver et « bronzé » en géant, cet ami d’enfance de Jason Lamy-Chappuis aura la pancarte de favori en slalom et en géant après avoir remporté les deux titres mondiaux de la spécialité l’an passé.

« Mon objectif personnel est d’abord de tout donner pendant la première course (la descente de samedi, ndlr), confie-t-il. Il faudra tout donner le jour J pour mettre les dixièmes du bon côté. Je ne calcule pas au nombre de médailles mais en terme de plaisir. Si je me fais plaisir sur les skis, c’est que je vais vite et alors, les médailles tomberont plus naturellement. »

Des Jeux d'été à ceux d'hiver

Enfin, à noter la présence de Cyril Moré. Quadruple champion paralympique d’été en escrime (sabre et épée par équipes en 2000, épée individuelle et par équipe en 2004), l’escrimeur reconverti skieur s’alignera pour la troisième fois aux Jeux d’hiver. Avec la ferme ambition de se hisser enfin sur un podium à Sotchi, lui qui sera engagé en super G, géant et super combiné. Faites vos jeux !

Camille Gelpi à Sotchi (avec GM)