RMC Sport

Boxe: "J’ai tué l’ancien Andy", l’heure de la renaissance pour Ruiz Jr

Dix-sept mois après la perte de ses ceintures mondiales avec sa défaite contre Anthony Joshua, Andy Ruiz Jr remonte sur le ring face à Chris Arreola (à suivre en direct à partir de 3h dans la nuit de samedi à dimanche sur RMC Sport 1). Conscient d’avoir gâché l’approche de la revanche contre le Britannique, tombé ensuite en dépression, l’ancien champion a rejoint le coach de Canelo Alvarez et modifié son attitude pour "revenir à la vie". Il a aussi beaucoup fondu. Un nouveau chapitre s’ouvre.

La phrase, lâchée en conférence de presse, raconte tout d’un voyage personnel de dix-sept mois en forme de renaissance. "Je me suis un peu tué moi-même. J’ai tué l’ancien Andy et je suis revenu à la vie avec le nouvel Andy." De retour sur les rings après dix-sept mois d’inactivité ce samedi soir à Carson (Californie), où il sera opposé à l’expérimenté Chris Arreola, Andy Ruiz Jr a "des choses à (s)e faire pardonner". A lui-même comme aux autres. "Je ne le referai plus." Ruiz parle de la chute après la conquête. De tout ce qui l'y a mené, surtout. Le "Destroyer" (son surnom) avait choqué le monde en juin 2019 en terrassant Anthony Joshua pour devenir champion du monde unifié WBA Super-IBF-WBO des lourds.

>> Suivez Ruiz-Arreola et toutes les soirées Premier Boxing Champions en vous abonnant à RMC Sport

Six mois plus tard, en Arabie saoudite, il avait dit adieu à ses belles ceintures, battu à la décision unanime par un "AJ" revanchard et qui avait appliqué son plan de combat à la lettre. Rien d’infamant en soi. Mais pour l’Américain, premier boxeur de descendance mexicaine sacré dans la catégorie-reine, le souvenir de la frustration s’accroche comme un chewing-gum collé sous la chaussure. "Quand je me souviens que j’organisais moi-même mon planning d’entraînement et que je faisais ce que je voulais, j’ai beaucoup de regrets", lâche-t-il sur le site du magazine The Ring.

Andy Ruiz n’était pas programmé pour devenir champion du monde au Madison Square Garden. Il ne devait même pas être là, remplaçant de dernière minute d’un Jarrell Miller pris par la patrouille antidopage. Mais il a triomphé. Et derrière, on l’a perdu. Sa nouvelle gloire l’a emporté. Les passages dans les talk-shows, les nouveaux "amis", les soirées interminables. La lumière avait pris le pas sur le ring. Ruiz reconnaît qu’il sortait souvent faire la fête dans des clubs jusqu’à trois-quatre heures du matin et ne se réveillait pas avant l’après-midi.

"Le succès m’est complétement monté à la tête et en fait, j’étais au plus bas, confesse-t-il. J’étais entouré des mauvaises personnes et j’étais déprimé. Je savais ce que j’aurais dû faire mais je ne l’ai pas fait. C’est pour moi. J’aurais dû être plus discipliné et plus proche de Dieu, plus conscient de qui je suis et de ce qui fait ma force." Il en vient à philosopher sur l’hypothétique, sans doute avec justesse: "Je me demande ce qui se serait passé si j’avais encore battu Joshua. J’aurais été pire. J’avais besoin que ça arrive."

"J'ai laissé tomber ma famille"

Avec son coach Manny Robles, qui perdait son énergie à le localiser souvent en vain, l’ambiance était devenue électrique. Même son père n’arrivait plus à le contrôler. Il avait grossi, aussi. Pesé à 121,5 kilos avant la première contre Joshua, le fan de Snickers se présentait à… 128,3 sur la balance pour la deuxième danse face au Britannique. Le Californien se compare à Buster Douglas, l’homme qui avait choqué le monde en faisant chuter la terreur Mike Tyson en février 1990 à Tokyo – sans doute la plus grosse surprise de l’histoire de la boxe avec.. Ruiz contre Joshua – avant de chuter dès le combat suivant quelques mois plus tard contre Evander Holyfield (en prenant un gros chèque bien mérité au passage, comme Andy avec "AJ").

Le champion du monde n’avait rien fait pour le rester. Logiquement, il a abandonné ses ceintures. Avec un scénario qui alimente encore plus la machine à regrets vu sa préparation. "C’est dingue: j’ai fait douze rounds avec Joshua à prendre ses coups alors que j’étais complétement hors de forme, se souvient-il. J’ai combattu deux personnes ce soir-là: Joshua et moi. Mais je me suis relevé." Il est d’abord passé par la dépression, gonflant encore et encore jusqu’à bien dépasser les 135-140 kilos. Mais le moral est revenu petit à petit.

Andy Ruiz Jr (à gauche) et son nouvel entraîneur Eddy Reynoso
Andy Ruiz Jr (à gauche) et son nouvel entraîneur Eddy Reynoso © AFP

Il fallait du changement, et le latino-américain a agi. Exit Manny Robles. Direction Eddy Reynoso, coach de Saul "Canelo" Alvarez, le champion unifié des super-moyens considéré par beaucoup comme le numéro 1 pound-for-pound (toutes catégories confondues) de la boxe actuelle et maître technicien. "Quand mon esprit allait mieux, j’ai envoyé un message à Canelo et je lui ai tout raconté. Je lui ai dit combien je me sentais mal, combien je n’avais pas fait ce que je devais faire. Canelo et Eddy m’ont ouvert la porte, c’est quelque chose que je n’oublierai pas. Ils m’ont dit: 'Une fois que tu es avec nous, personne ne va pouvoir te battre. Tu vas devenir la meilleure version d’Andy Ruiz que tu as voulu être'. On va dans cette direction."

Reynoso, un des meilleurs entraîneurs du moment, et Canelo l’avaient prévenu: il prendrait la porte si le niveau de travail n’était pas à la hauteur. Mais Ruiz ne les a pas déçus. "Je ne dirais pas que mon ancienne équipe ne me motivait pas, mais l’atmosphère est différente, explique-t-il. Je travaille et je m’entraîne avec des champions. Je ne peux pas remonter le temps. Il y a beaucoup de choses que j’aurais pu faire. J’ai laissé tomber ma famille et plein de gens et je devais changer les choses. Je soulève des poids, ce que je n’avais jamais fait avant. Je travaille physiquement et mes jambes ressemblent à des jambons géants. Cela construit ma confiance, et je me sens au top avec elle. Il y a une grosse différence avec ce que je suis dans le ring aujourd’hui. Eddy m’a apporté la discipline, le fait de travailler dur et d’avoir envie d’avoir faim. Quand vous êtes autour d’eux, vous voulez devenir meilleur. Je veux être le Canelo Alvarez des poids lourds."

Pour y arriver, il a fondu. Après la défaite contre Joshua, son père avait estimé que son fils devait redescendre à 115,5 kilos pour (re)devenir la meilleure version de lui-même. Pour Arreola, il a été pesé à… 116 ce vendredi. La transformation est évidente, frappante, quand on le voit en photo. Il raconte aussi avoir dû changer de garde-robe. "Cette fois, on peut espérer ne pas voir de graisse bouger sur moi le soir du combat", s’esclaffe-t-il comme pour exorciser les démons de son passé. Andy Ruiz a retrouvé de l'amour pour lui-même. Et c’est un pas énorme.

"Tout le monde va voir le meilleur Andy possible ce samedi, prophétise-t-il. Je suis plus motivé que je ne l’ai jamais été. Je sais ce dont je suis capable, ce que j’ai déjà accompli, et je sais que j’ai en moi le truc pour redevenir champion du monde. Je dois remonter l’escalier jusqu’au sommet. La discipline et le travail sont les choses qui vont m’y mener."

En cas de victoire (il est favori) sur Arreola, ancien challenger de Deontay Wilder, la prochaine étape pourrait – ou devrait, tant la rumeur lie les deux ces derniers mois – justement impliquer l’ancien champion WBC à la droite surpuissante, affilié comme lui à Premier Boxing Champions et au manager Al Haymon et qui devrait faire son retour sur les rings (il n'a plus combattiu depuis sa défaite contre Fury en février 2020) contre l’ancien champion IBF Charles Martin dans les semaines/mois à venir. "C’est un cogneur, je suis un cogneur, ça peut être un combat spectaculaire", confirme Ruiz, qui pourrait également croiser les gants avec le Cubain Luis Ortiz, autre ancienne "victime" (à deux reprises) de Wilder.

Parfait pour attendre de voir comment la situation se décante après les deux chocs d’unification entre Tyson Fury et Anthony Joshua (enfin, quand ils auront lieu…) et tenter de trouver un chemin vers une nouvelle chance mondiale. A éviter de gâcher, cette fois. Moqué pour son poids dans l’enfance, pas pris au sérieux avant de détrôner Joshua, mis au sol par ce dernier au troisième round avant de l’y envoyer quatre fois à son tour, Andy Ruiz Jr a toujours su faire face à l’adversité pour finir par en triompher. Avec sa "renaissance", il en a une nouvelle occasion.

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport