RMC Sport

Lomachenko-Lopez: La boxe tient son plus gros combat post-Covid

C’est LE plus gros combat organisé depuis la crise sanitaire du Covid. Vasiliy Lomachenko, champion WBA Super, WBO et WBC "Franchise" des légers, va affronter Teofimo Lopez, détenteur de la ceinture IBF, le 17 octobre à Las Vegas. Un choc des générations qui fait saliver tous les amoureux du noble art.

Le milieu de la boxe a trop souvent tendance à vendre au public un "combat de l’année" qui n’en est pas. Mais cette fois, le tampon est légitime. Si les aficionados des lourds garderont un souvenir énamouré du deuxième combat entre Tyson Fury et Deontay Wilder en février (le troisième pourrait avoir lieu en décembre), le promoteur Top Rank a officialisé ce mardi le plus gros choc post-Covid de la discipline. Au programme? La suprématie des légers avec un affrontement entre l’Ukrainien Vasiliy Lomachenko, champion WBA Super, WBO et WBC "Franchise", et l’Américain Teofimo Lopez, détenteur de la ceinture IBF, le 17 octobre dans la "bulle" du MGM Grand Hotel and Casino de Las Vegas. 

Un combat dans les tuyaux depuis plusieurs mois, avec un clan Lopez qui n’a pas arrêté de chauffer "Loma" par médias et réseaux sociaux interposés, et qui devait déjà se faire au printemps avant une pandémie qui a mis le monde du sport à l’arrêt. Un combat qui aurait aussi pu ne plus avoir lieu, Lopez refusant dans un premier temps de signer le contrat en raison d’une bourse jugée insuffisante pour lui, et qui fait surtout saliver tous les amateurs de noble art.

>> "On n'a même pas pu l'arnaquer": l'irréelle carrière amateur de Lomachenko, le boxeur à 396-1

"C’est le meilleur combat qui puisse être fait en boxe en ce moment, avance le promoteur Bob Arum, patron de Top Rank, dans un communiqué de presse. Teofimo et Vasiliy ont demandé ce combat et nous sommes heureux d’avoir réussi à l’organiser. Vasiliy n’a jamais refusé un défi depuis qu’il est passé pro et Teofimo est un jeune champion sans peur qui ose être grand. Il y a tous les ingrédients pour un grand classique de la boxe moderne." 

Cerise sur le gâteau pour le public américain: il pourra bénéficier de ce choc XXL en accès libre sur ESPN et non en pay-per-view. Lomachenko contre Lopez, c’est la vieille garde contre la jeunesse aux dents longues. L’Ukrainien, 32 ans, double champion olympique chez les amateurs puis plus rapide champion du monde de l’histoire dans trois catégories différentes chez les pros (à égalité avec le Japonais Kosei Tanaka, l’Américaine Claressa Shiels a fait mieux chez les femmes) et considéré par de nombreux spécialistes comme le meilleur boxeur de la planète toutes catégories confondues, devra faire face au défi d’un Lopez de près de dix ans son cadet (23 ans), toujours invaincu (15-0, 12 KO) et qui fait partie des plus gros jeunes talents de la boxe américaine.

Le gamin de Brooklyn n’aura donc même pas fait une première défense de son titre IBF, remporté lors de son dernier combat en décembre 2019 face au Ghanéen Richard Commey (Lomachenko était ensuite monté sur le ring pour lancer leur affrontement), avant de relever le défi de l'artiste pugilistique surnommé "Hi-Tech" (14-1, 10 KO), dont la dernière apparition entre les cordes remonte à sa victoire contre le Britannique Luke Campbell pour la ceinture WBC vacante (depuis revenue à l’Américain Devin Haney, Lomachenko étant élevé au rang de champion "Franchise"… titre censé ne pas pouvoir changer de mains mais qui sera en jeu face à l’Américain). 

Mais Lopez, plus grand que son adversaire et réputé pour sa puissance, s’avance avec confiance. Lui et son père, qui lui sert également de coach, ont annoncé depuis longtemps une "victoire dominante" sur un "Loma" pourtant jamais mis KO chez les pros. "Cela ne dépassera pas le quatrième ou cinquième round, a même lancé le paternel. Je quitterai la boxe et le coaching si mon fils va jusqu’au douzième round avec ce gars!"

"Je vais battre Lomachenko et prendre ses ceintures, a confirmé son fils dans le communiqué de presse d’annonce du combat. C’est aussi simple que ça. Je viens à Las Vegas pour marquer l’histoire. Je n’aime pas ce gars et je vais m’éclater à voir son visage battu et marqué par mes mains. Je viens prendre le contrôle et le règne de la petite diva Lomachenko touche à sa fin." Moins adepte du trashtalking, l’Ukrainien connu pour avoir fait abandonner plusieurs de ses adversaires a annoncé vouloir répondre avec ses gants: "Teofimo Lopez peut parler tant qu’il veut. Il est très bon pour ça. Il n’a rien fait à part dire mon nom depuis deux ans. Je suis un combattant et mon but est de remporter un nouveau titre mondial. Quand nous combattrons à Las Vegas, il va manger mes poings et ses mots. Je serai le meilleur et quatre ceintures reviendront avec moi à la maison en Ukraine." On a déjà hâte. 

Alexandre HERBINET (@LexaB)