RMC Sport

Echecs: en ligne, les supporters français se passionnent pour le tournoi des Candidats

Echecs

Echecs - AFP

Disputé tous les deux ans, le tournoi des Candidats doit désigner l'adversaire qui affrontera à la fin de l'année le Norvégien Magnus Carlsen pour un titre mondial. Mais cette année, le tournoi a connu un véritable boom dans le sillage du confinement et de la série Netflix "Le Jeu de la Dame", amenant de nombreux nouveaux passionnés à s'intéresser à la discipline.

Avec jusqu'à plus de 30.000 personnes pour suivre une partie d'échecs, le tournoi des Candidats, rendez-vous majeur de la discipline qui se termine mardi, a confirmé que l'engouement de 2020 autour des échecs n'est pas retombé en France.

"Les parties commencent à 13 heures, donc quand je finis ma pause déjeuner, je mets directement le stream (la vidéo en direct, ndlr) en arrière-plan avec le son et je regarde en même temps que je bosse. Ça permet de me libérer l'esprit", décrit Alexandre, 25 ans, qui travaille dans un cabinet de gestion de patrimoine. Comme lui, plusieurs dizaines de milliers de personnes suivent avec attention les retransmissions des parties d'échecs, accessibles gratuitement, notamment via la plateforme de vidéo en direct Twitch.

Le tournoi des Candidats est l'une des compétitions les plus importantes des échecs: disputé tous les deux ans, il doit désigner parmi huit des meilleurs joueurs de la planète l'adversaire qui tentera de ravir au Norvégien Magnus Carlsen son titre mondial en fin d'année. La compétition a démarré en mars 2020 à Ekaterinbourg (Russie), mais a été suspendue à mi-parcours en raison de la pandémie de Covid-19. Elle a finalement repris la semaine dernière, toujours en Russie.

Audience décuplée

"L'année dernière, on faisait des pics d'audience à 3.500-5.000 spectateurs. Là c'est plus 20.000, voire 30.000", explique à l'AFP Kevin Bordi, ou "Blitzstream", qui anime le direct francophone le plus suivi sur la chaîne de la plateforme de jeu Chess.com. Ces chiffres placent son direct comme le plus regardé en France, toutes catégories et tout sujet, lors des après-midis, et l'un des plus suivis dans le monde.

Les autres sites d'échecs voient aussi leur attrait grimper: "nos vidéos postées après les parties sont vues jusqu'à sept fois plus que l'année dernière", se satisfait Laurent Fressinet, directeur de Chess24 France, dont les directs, sur Twitch et Youtube, sont regardés par environ 3.000 personnes. La plupart des intervenants sont des joueurs d'échecs de haut niveau. "Plus que dans les autres sports, les commentateurs ont une vraie valeur ajoutée pour comprendre la position et ses subtilités", apprécie Quentin, 19 ans, qui suit les parties entre ses examens de classe préparatoire de physique-chimie.

Il fait partie des nouveaux arrivants dans la communauté échiquéenne après s'être pris de passion pour le jeu il y a quelques mois. Entre les deux phases du tournoi des Candidats, les échecs ont connu un développement exponentiel. Le confinement puis la série Netflix "Le Jeu de la Dame" ont fait découvrir ou redécouvrir le jeu millénaire, notamment auprès d'un public jeune.

En France, l'attrait est encore renforcé par la présence du grand maître tricolore Maxime Vachier-Lagrave parmi les huit compétiteurs. "MVL", en tête au moment de la reprise, est mal embarqué dans la seconde session du tournoi: avec une victoire, deux parties nulles et deux défaites, ses chances de remporter la compétition se sont réduites à peau de chagrin.

Des parties de plus de 6 heures

Pas de quoi réduire les encouragements transmis par les spectateurs, et visibles par tous grâce au tchat à côté des vidéos. Tout au long du direct, les animateurs alternent entre explications de la position et des coups possibles sur l'échiquier, tentative de décodage du langage corporel des deux adversaires, dialogue avec les spectateurs ainsi que plaisanteries et une dose plus ou moins grande de chauvinisme.

Ils doivent faire durer leur "live" pendant les parties qui dépassent parfois les six heures. "L'enjeu est fort, il n'y aura peut-être pas de deuxième chance pour Maxime (Vachier-Lagrave, le candidat français, ndlr). On espère tellement qu'il fasse les bons coups que le temps passe vite", nuance Kévin Bordi, qui n'hésite pas à agiter un drapeau français, s'enflammer ou à demander aux spectateurs de commenter avec des émoticônes "fusée", le symbole de MVL dans sa communauté.

"Je me sens faire partie d'une communauté soudée et j'adore. Ça me donne d'autant plus envie de suivre la compétition", confirme Clément, étudiant de 17 ans en licence de mathématiques.

avec l'AFP