RMC Sport

Gasquet rate la dernière marche

Malgré sa défaite en finale de Sydney, le Français a accumulé de la confiance en vue de l'Open d'Australie, qui débute lundi.

Malgré sa défaite en finale de Sydney, le Français a accumulé de la confiance en vue de l'Open d'Australie, qui débute lundi. - -

Richard Gasquet a manqué l’occasion de décrocher son premier titre depuis septembre 2007 en s’inclinant samedi en finale du tournoi de Sydney contre le Chypriote Marcos Baghdatis (6-4, 7-6).

Richard Gasquet va pouvoir ressasser autre chose que ses déboires avec la justice sportive. Lui qui a reconnu lors du tournoi de Sydney que son contrôle positif à la cocaïne de mars dernier lui triturait encore les méninges, s’est donné de nouvelles raisons de broyer du noir. Au bout d’un parcours solide dans la ville australienne, le Biterrois a en effet raté l’occasion de décrocher le sixième titre de sa carrière, le premier depuis plus de deux ans. C’était à Bombay en septembre 2007.

Le premier set échappé 6-4 contre Marcos Baghdatis, autre sorte de revenant après une avalanche de blessures, Gasquet a laissé passer sa chance dans la deuxième manche. Plus en jambes que le Chypriote après une heure et quart d’interruption en raison d’averses, l’ancien numéro un français montrait un visage plus offensif pour se détacher 5-2. Soudain rattrapé par la tension, le bras de l’ex n°7 mondial, aujourd’hui 53e, se faisait moins percutant. Résultat : quatre jeux concédés de suite et la menace d’une défaite sur son service, à 5-6. Mais un sursaut lui permettait d’enrailler la série et d’emmener son adversaire au jeu décisif.

Et là rebelote. Deux premiers points inscrits avant une litanie de fautes directes en tout genre pour sept points perdus d’affilée et un titre offert à Baghdatis sur un ultime coup droit trop long. Dans le pays où il s’était révélé en 2006, atteignant la finale de l’Open d’Australie à la surprise générale, le plus français des Chypriotes, 24 ans, y confirme sa résurrection. Lauréat de son deuxième tournoi en quatre mois, après Stockholm en octobre dernier, il pourrait faire partie des outsiders à Melbourne.

Richard Gasquet n’en est peut-être pas encore là. Encore tout à son soulagement d’avoir été définitivement blanchi par le TAS mi-décembre, le Biterrois se reconstruit « au jour le jour », expliquait vendredi son entraîneur Eric Deblicker. Il pourra retenir de son tournoi australien quatre succès acquis dans perdre un set face à Lopez, Becker, Starace et Benneteau. Le plaisir a semblé au rendez-vous. L’ambition ne demande peut-être plus qu’un trait définitif tiré sur le passé.

S.C.