RMC Sport

Grosjean : « J’ai été solide »

-

- - -

En disposant de Peter Luczak à Sydney, Sébastien Grosjean a remporté son premier succès de l’année.

Sébastien, en battant Peter Luczak (6-4, 4-6, 6-0), vous venez d’ouvrir votre compteur de victoires en 2008…
Dans l’ensemble, ça s’est bien passé. C’est un bon premier match. Peter Luczak joue bien, il pouvait en plus s’appuyer sur le soutien du public. Il a été blessé l’année dernière mais il est bien revenu lors des six derniers mois. En ce qui me concerne, je n’ai pas très bien débuté les deux premiers sets. Je me suis fait à chaque fois breaker. Mais j’ai été solide, je n’ai pas commis énormément de fautes. Finalement, le seul point négatif concerne mon service. Je n’ai pas été très performant dans ce domaine. Mais c’est logique, j’avais un peu mal à l’épaule aux Etats-Unis lors de ma préparation. Je n’ai pas pu servir. Je dois retrouver mes sensations.

Vous jouez au prochain tour contre l’espagnol Fernando Verdasco. Quel est votre sentiment ?
Ca ne va pas être facile. C’est un gaucher qui frappe très fort des deux côtés. Avec son gros service, je vais devoir m’appliquer sur les retours pour l’empêcher de diriger le jeu. Il est très dangereux, il adore prendre le jeu à son compte. Il va falloir que je l’enfonce sur son revers et que j’élève mon niveau de jeu au service.

La semaine dernière, à Adélaïde, vous aviez été victime d’une insolation face à Vincent Spadea. Physiquement, vous n’avez pas souffert aujourd’hui ?
Le climat est complètement différent. Il fait 25° ici alors qu’il en faisait 42 à Adélaïde. Au bout de 40 minutes de jeu, j’avais attrapé une insolation. Il n’y avait rien à faire, je ne pouvais pas récupérer. J’étais bouillant. J’étais encore très mal à 10h du soir. Je me suis d’ailleurs levé en plein milieu de la nuit pour prendre une douche froide. J’ai mis quand même un bout de temps pour retrouver mes esprits.

Mais ce n’est tout de même pas risqué de jouer dans ces conditions ?
Il y a une nouvelle règle pour l’Open d’Australie. Si les températures dépassent 40°, le match est arrêté à la fin du set. Je trouve qu’il est plus raisonnable d’agir ainsi. Avec la chaleur et la fatigue, tu peux très vite te retrouver au plus mal physiquement. Mais ce qui s’est passé à Adélaïde est un peu logique. Ca faisait un an que je n’avais pas jouer sous une telle chaleur.

Que pensez-vous de la nouvelle surface utilisée pour l’Open d’Australie ?
Un peu comme le Rebound Ace utilisé auparavant, le rebond change en fonction de la chaleur. Je trouve en tout cas que la surface est plus agréable pour se déplacer. C’est moins traumatisant pour les articulations et les muscles.

Michaël Llodra a débuté la saison par une victoire à Adélaïde. Avez-vous eu l’occasion de le féliciter ?
En fait, je lui ai envoyé un texto. Je ne l’ai pas eu au téléphone parce qu’il partait tôt ce matin à Auckland. Je suis très heureux pour lui. Michaël a très bien servi, il n’a pas perdu un set de la semaine. Il a vraiment le jeu pour déranger ses adversaires. Il monte beaucoup au filet, il n’y a jamais de rythme. L’année ne pouvait pas mieux commencer pour les français. Avec quinze joueurs dans les cent premiers, ça montre bien que le tennis français se porte bien.

La rédaction