RMC Sport

Grosjean : « Prendre du plaisir »

Sébastien Grosjean fait de la résistance à Sydney

Sébastien Grosjean fait de la résistance à Sydney - -

Facile vainqueur de Fernando Verdasco (6-3, 6-4) à Sydney, Sébastien Grosjean rencontrera en quarts de finale Dimitry Tursunov, tombeur de Richard Gasquet.

Sébastien, vous avez réussi le match quasi parfait face à Fernado Verdasco.
J’ai fait un bon match. J’ai vraiment bien retourné. C’était très important parce que Verdasco a un bon service. Il aime bien prendre ensuite le contrôle de l’échange avec son coup droit. En jouant long, je l’ai empêché de diriger le jeu et de rentrer dans le court. Il n’y a que dans le deuxième set où j’ai connu une petite alerte. J’ai mené 4-1 et je lui ai laissé la possibilité de revenir à 4-4. Mais dans l’ensemble, c’est une bonne victoire.

Comparé à votre premier tour face à Peter Luczak, comment vous êtes-vous senti ?
C’était bien mieux. J’ai super bien bougé et j’ai commis très peu de fautes directes. De toute façon, je n’avais pas le choix. Je devais mieux jouer qu’au premier tour pour passer. Je devais être plus régulier. Concernant mon épaule, je sens toujours une petite douleur en début de match. Mais ça ne dure pas longtemps parce que je me fais masser l’épaule le matin.

Vous rencontrez au prochain tour Dimitry Tursunov, tombeur de Richard Gasquet. Quel est votre sentiment ?
C’est un peu le même style que Verdasco mais il tape encore plus fort, notamment au service. Si vous lui laissez le contrôle de l’échange, vous êtes mort. Un peu comme aujourd’hui, il va falloir jouer très long.

Il n’y a plus que deux français en liste : vous et Fabrice Santoro. L’ancienne génération fait de la résistance…
Fabrice a fait un super match contre James Blake et il a remis le couvert face à Steve Darcis. Mais c’est normal qu’il ait gagné aujourd’hui. Darcis est un petit jeune. Fabrice lui a fait un peu la sauce avec son coup droit slicé. Il l’a un rendu fou. En tout cas, je trouve normal qu’on parle des jeunes. C’est la nouvelle génération. Dans deux, trois ans, ce sont eux qui domineront le tennis français. Mais avec Fabrice, on essaie de continuer à prendre du plaisir sur le court et de gagner un maximum de matchs.

La rédaction