RMC Sport

Le coup génial d’Arthur Cazaux, nouvelle promesse du tennis français

Le jeune Arthur Cazaux (18 ans, 517e mondial) a remporté ce lundi son premier match sur le circuit principal en dominant son compatriote Adrian Mannarino (35e). Avec un coup splendide pour couronner le tout.

Arthur Cazaux, tout juste 18 ans, a lancé pour de bon sa carrière chez les grands, et de la plus belle des manières, ce lundi. Pour son premier match sur le grand circuit à Genève, le jeune Montpelliérain a réalisé une prestation solide (victoire 6-3, 6-7, 6-3), face à son compatriote Adrian Mannarino, 35e mondial, agrémentée d’un coup génial qui aura fait se lever les quelques personnes présentes en tribunes.

Un tweener (coup réalisé entre les jambes) dos au filet pour mystifier Adrian Mannarino, qui attendait sagement à droite de sa partie du terrain pour poser une volée qu’il espérait gagnante, tant la position de son adversaire paraissait inconfortable. Mais du néant, Cazaux a fait jaillir la lumière. Et à en juger par son attitude sur le court, Mannarino ne s’attendait pas du tout à se faire piéger de la sorte.

"C’est un coup que je fais comme ça à l’entraînement de temps en temps, mais je ne le lâche jamais comme ça, a confié Cazaux. Et là, je ne sais pas, je ne me suis posé aucune question. Je me suis dit: ‘le point, il est quasi mort, je le lâche complètement, mon coup’. La balle est partie à une vitesse... pile au bon endroit en plus. Je me suis moi-même surpris avec ce coup. Il est incroyable, j’étais très fier de moi. C’était à la fin du set, à un moment important (6-3, 5-6, 30-0 sur son propre service), ça fait plaisir."

Cazaux: "Respecter mon identité de jeu"

Finaliste de l'Open d'Australie juniors en 2019, Cazaux est classé au 517e rang du classement ATP, mais il va intégrer officiellement le top 500 la semaine prochaine. Il était prévu que Cazaux joue les qualifications en Suisse, mais le Britannique Andy Murray ayant refusé l'invitation, Cazaux l'a récupérée. Et une autre lui a été adressée dans la soirée, directement à lui cette fois-ci, pour disputer le tableau principal de l’édition 2021 du tournoi de Roland-Garros (30 mai-13 juin).

L’ascension ne Cazaux ne fait sans doute que débuter, et elle pourrait se poursuivre dès le prochain tour du tournoi de Genève où l’attendra forcément un très gros morceau puisque le vainqueur du match entre Reilly Opelka, récent demi-finaliste à Rome (dominé par Nadal, vainqueur du tournoi) et le vétéran Pablo Cuevas, redoutable sur terre battue, lui est promis. Une autre paire de manches. Mais libéré par ce premier succès, Cazaux pourrait faire des merveilles, d’autant qu’il a signé au Masters 1000 de Madrid, au début du mois, un très beau succès contre Sebastian Korda, avant de chuter devant l’Australien Alexei Popyrin au 2e tour des qualifications.

"Depuis quelques mois, depuis la préparation foncière de cet hiver, je me sentais capable de battre des gros joueurs, et en plus j’avais enchaîné pas mal de victoires sur terre. Je me sentais prêt. Quand je rentre sur le court, que ce soit un mec qui est 1000 ATP ou un mec qui est 35e, je vais respecter mon identité de jeu, je vais montrer à mon adversaire de quoi je suis capable, je veux juste le battre. Je ne me pose pas plus de questions que ça. Je pense que c’est la meilleure solution pour bien jouer."

QM avec ES