RMC Sport

Roland-Garros prend le risque d’avoir Djokovic, Nadal, Tsitsipas et Federer dans la même partie de tableau

Le tirage au sort de Roland-Garros, le 27 mai, pourrait déboucher sur une répartition totalement déséquilibrée. Les organisateurs ne veulent pas protéger les spécialistes de leur surface, à commencer par Rafael Nadal, qui sera tête de série n°3.

Vers une petite révolution à Roland-Garros ? Le tirage au sort se basera sur le classement du 24 mai pour déterminer ses têtes de série. Mais celui-ci ne différera pas du ranking publié ce lundi. Malgré son dixième titre empoché à Rome, Rafael Nadal reste numéro 3 parce que le gel du classement tenait compte de son titre obtenu en 2019 au Foro Italico. Il est resté à 9630 points. Daniil Medvedev demeure donc numéro 2 mondial. Que le Russe n’ait jamais remporté un match Porte d’Auteuil relève de l’anecdote. Ce qui est plus troublant, c’est dans son décompte, il ait 1200 points de sa finale de l’US Open 2019 ou 2000 points de ses succès à Cincinnati et Shanghai 2019.

Comment vont réagir les fans ?

Du coup, lors du tirage au sort, il y a 50 % de chances que Novak Djokovic et Rafael Nadal – protagonistes de la finale 2020 - se retrouvent dans la même partie de tableau. La main innocente qui plongera dans la coupe aura une sacrée responsabilité. On peut pousser le vice avec une moitié qui comprendrait Djokovic (n°1), Nadal (n°3), Tsitsipas (n°5) et Federer (n°8). Amusant ? Choquant ? Ridicule ? Aux fans de juger. Dans l’autre moitié, selon le sort, on pourrait avoir Daniil Medvedev (n°2), Dominic Thiem (n°4), Alexander Zverev (n°6) et Andrey Rublev (n°7).

Au contraire de Wimbledon, qui aménage le classement en apportant des coefficients qui bénéficient aux joueurs qui ont brillé sur le gazon les deux saisons précédentes, Roland-Garros a toujours respecté à la lettre le sacro-saint classement ATP. Le cas s’était déjà posé en 2015. Tombé à la 7e place, Nadal n’avait pas été "upgradé". Ce qui avait débouché sur un quart de finale entre Djokovic et le Majorquin.

Ce cas d'école était extrêmement difficile à anticiper. Mais cette année, la fidélité au "classement Covid-19" pourrait avoir des conséquences non négligeables. Y compris chez les stars, qui vont déjà subir la tenue d'une night session à huis-clos.

Eric Salliot