RMC Sport

Pour Murray, ce n’est pas une « bad year »

-

- - AFP

Andy Murray s’est aisément qualifié pour les quarts de finale du Masters 1000 de Paris Bercy grâce à sa victoire en deux sets sur Grigor Dimitrov (6-3, 6-3). Une victoire synonyme de qualification pour le Masters de Londres. L’Ecossais qui, au moment du traditionnel autographe sur la caméra à l’issue du match a signé avec un « bad year », soit « mauvaise année ». Une réponse aux critiques sur sa saison mitigée. « C'était pour m'amuser. Les gens n'arrêtent pas de me demander pourquoi j'ai eu une mauvaise année, il a bien fallu que je réponde. Je ne fais pas ce genre de chose très souvent. Mais l'année a été vraiment difficile pour moi. Ce n'était pas une très mauvaise année pour autant, elle aurait pu être pire. J'ai été opéré, j'ai dû commencer à rejouer après cela, ce n'était pas facile. Je l'ai bien senti, les premiers mois de l'année ont été difficiles, il a fallu que je fasse de gros efforts. J'ai réussi " à sauver " cette année mais je trouve que c'était une bonne année même si ce n'était pas la meilleure de ma carrière. J'aurais certainement signé au début de l'année pour me trouver dans la position dans laquelle je suis maintenant. »