RMC Sport

Tournoi de Metz : Simon rejoint Forget

Gilles Simon

Gilles Simon - -

En dominant facilement Jo-Wilfried Tsonga en finale du Moselle Open de Metz (6-4, 6-3), ce dimanche après-midi, Gilles Simon a remporté le 11e titre de sa carrière. Comme Guy Forget.

Une si longue attente… Sevré de titre pendant 17 mois, Gilles Simon a enfin conjuré le sort. Presqu’un an et demi après sa dernière victoire, au tournoi de Bucarest en avril 2012, le Niçois, facile vainqueur de Jo-Wilfried Tsonga (6-4, 6-3) en finale, s’est adjugé le Moselle Open ce dimanche après-midi. Un tournoi dont le Manceau était le double tenant du titre. « Ce fut une très belle semaine, savoure Gilles Simon. Je me suis battu. J’ai réussi à bien maîtriser ce match. C’est rare de gagner tous ses matches en deux sets. Ça m’était arrivé à Marseille (en 2007). »

Ce n’est pas la première fois que Simon triomphe à Metz. La tête de série numéro 2 avait déjà inscrit son nom au palmarès de ce tournoi en 2010. Avec cette victoire, il ajoute un 11e titre à sa carrière, laissant son adversaire du jour à dix sacres. Et il rejoint aussi Guy Forget au classement des tennismen français les plus titrés. Il lui sera toutefois difficile d’aller chercher Yannick Noah et ses 23 succès. « Guy a gagné en Masters Series, il a aussi gagné la Coupe Davis, ça reste mieux, tempère Simon. Je suis très heureux de mes titres. Je vais essayer d’en gagner d’autres, des plus gros. C’est toujours un sentiment particulier de rentrer chez soi invaincu. C’est un moment dont il faut profiter. » 

Tsonga : « Pas le turbo diesel »

Rien ne laissait présager une victoire aussi expéditive de Gilles Simon. Celui qui revient d’une fracture aux côtes n’a eu besoin que de 71 minutes pour venir à bout d’un Jo-Wilfried Tsonga diminué par des douleurs au genou. Grâce à cette victoire, Simon est assuré de passer de la 16e à la 14e place au classement ATP. Pas dans le coup physiquement, Jo-Wilfried Tsonga, qui effectuait son retour à la compétition après deux mois et demi d’arrêt, a besoin de temps. « Le problème aujourd’hui, c’est que j’étais le diesel mais pas le turbo diesel, a commenté le Manceau. Je n’avais pas le petit coup de boost en plus qui aurait pu peut me permettre de faire la différence contre Gilles. C’est dommage mais normal aussi parce que ça fait un petit moment que je n’ai pas joué. Il va me falloir un peu de temps pour reprendre le rythme des tournois et pour monter crescendo dans les prochaines semaines. »

A lire aussi :

Dominguez : « Federer ? Un tremblement de terre »

« Richard Gasquet gagnera-t-il un tournoi du Grand Chelem avant la fin de sa carrière ? »

AB avec ES