RMC Sport

Tsonga aux portes du « Big Four »

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga - -

Auteur d’une fin de saison exceptionnelle, ponctuée par une finale aux Masters, Jo-Wilfried Tsonga se positionne comme un candidat crédible au top 4 mondial en 2012. A condition de se montrer plus régulier et de battre fréquemment les intouchables du « Big Four ».

En 2011, il y a eu le Top 4 et le reste du monde. En remportant les Masters, dimanche, Roger Federer a confirmé la tendance en s’adjugeant le dernier grand titre de la saison après les quatre Grands Chelems et les neuf Masters 1000 confisqués par Djokovic (8 titres), Nadal (2), Murray (2) et Federer (1) cette saison. Depuis dimanche, l’espoir de contester l’ordre établi est réapparu pour Jo-Wilfried Tsonga. Sur la lancée d’une deuxième partie de saison exceptionnelle, le Français a touché du doigt son rêve de se faire une petite place aux côtés de Yannick Noah, dernier Français à avoir remporté un tournoi majeur (Roland-Garros en 1983). Depuis sa 6e place mondiale, le Manceau s’est positionné sur la liste d’attente du cercle fermé du « Big Four ».

« Définitivement, il s’est installé derrière le quatuor, abonde Patrice Dominguez, consultant RMC Sport et ancien DTN. Sur ces quatre dernier mois, je l’ai trouvé bien meilleur qu’un David Ferrer (n°5 mondial, ndlr). Il a sa place dans le Top 5 majeur du tennis mondial. » Avec deux titres (Metz, Vienne), une finale aux Masters, une autre dans un Masters 1000 (Paris-Bercy) et une présence assidue dans le dernier carré (Wimbledon, Montréal, Pékin), le Manceau a appris la régularité depuis sa finale au Queen’s (perdue face à Andy Murray) en juin dernier. Mais devra l’être plus longtemps en 2012.

Avantage sur Nadal en 2011

« Pour aller chercher un des joueurs du Top 4, il faudra se montrer plus linéaire dans la concentration et être plus régulier dans les autres tournois que les grands tournois, explique Dominguez. C’est là que se forge la confiance et c’est aussi là que les grands définissent leur stratégie et leur technique pour les grands rendez-vous. » Sur l’ensemble des confrontations face aux quatre meilleurs joueurs mondiaux, cette année, Jo-Wilfried Tsonga ne possède l’avantage que sur Rafael Nadal (deux victoires à zéro sans compter la Coupe Davis).

Face à Novak Djokovic (2-1 pour le Serbe), Roger Federer (7-2 pour la Suisse !) et Andy Murray (1-0), le Français a toujours trébuché. Notamment dans les grands rendez-vous comme en témoignent ses défaites en finale du Queen’s (face à Murray), en demi-finale de Wimbledon (face à Djokovic), en quarts de finale de l’US Open (face à Federer) ou encore aux Masters, dimanche. Sa présence en fin de tournoi confirme que sa marge s’est réduite avec le Top 4. En attendant qu’elle tourne définitivement en sa faveur.