RMC Sport

Tsonga en matador

Jo-Wilifried Tsonga

Jo-Wilifried Tsonga - -

Face au taureau de Manacor, Rafael Nadal, diminué et balayé par Roger Federer, Jo-Wilfried Tsonga a l’occasion, ce jeudi (à partir de 21h), de se qualifier pour la première fois de sa carrière en demi-finales des Masters. Mais attention à ne pas rater la bête blessée.

Jo-Wilfried Tsonga a fait le travail mardi et Roger Federer lui a facilité la tâche. Après sa victoire face à Mardy Fish (7-6, 6-1), le Manceau a pu apprécier la démonstration du Suisse face à Rafael Nadal (6-3, 6-0) qui lui offre un véritable quart de finale face à l’Espagnol, ce jeudi. En cas de victoire face au Majorquin, Tsonga se qualifiera pour la première fois de sa carrière en demi-finale des Masters. « C’est top de jouer un match comme ça, salive déjà le Français. Je suis excité ! »

Alors qu’il reste sur une défaite cinglante sur terre battue face au deuxième joueur mondial en demi-finale de la Coupe Davis (6-0, 6-2, 6-4), en septembre dernier, le récent dernier finaliste à Paris-Bercy a, cette fois, les cartes en mains pour écrire son destin. Sa prestation solide face à Federer (6-2, 2-6, 6-4) lors de son entrée en lice à Londres l’a décomplexé. Et la surface lui sied à merveille. « Contre un joueur comme Rafa, je suis plus à l’aise sur cette surface, approuve Tsonga. Mais il m’a déjà battu plusieurs fois en indoor et je sais qu’il est super dangereux. Pour gagner, il va falloir que je fasse un match plein. »

Tsonga : « Si tu rates le sanglier, tu prends les jambes à ton cou ! »

Pourtant, Rafael Nadal est à la peine et ses douleurs d’estomac ont failli lui jouer un mauvais tour face à Mardy Fish (6-2, 3-6, 7-6), lundi. « Nadal a fait énormément d’efforts depuis le début de sa carrière. Il a commencé à gagner très jeune. Il s’est usé les genoux. Il a connu des fractures de fatigue quand il avait 17 ou 18 ans, détaille Patrice Dominguez, consultant RMC Sport, pour expliquer la baisse de régime de l’Espagnol. Il a un tennis qui use la tête. Cette année, il a fini deux matches par une bulle contre Murray en Asie (à Tokyo, ndlr) et contre Federer. Avant, jamais Nadal ne perdait un set 6-0. Il est marqué dans sa tête. »

Tsonga se retrouve dans la position du matador au moment d’achever une bête blessée. Le Manceau - en chasseur averti - redoute le réveil du taureau de Manacor. « Il va être plus dangereux. C’est un champion. Il a de l’orgueil, prévient-il. Avoir perdu contre Roger aussi sèchement, ça va lui rester en travers de la gorge. » Tsonga prévient. « C’est un peu comme à la chasse : si tu rates le sanglier, tu prends les jambes à ton cou ! » Alors, Tsonga est-il un bon chasseur ? Réponse jeudi à l’issue de la traque.