RMC Sport

Tsonga : «Je suis en colère contre moi»

Le Français, aux côtés de son entraîneur, Eric Winogradsky, compte s'améliorer en consistance.

Le Français, aux côtés de son entraîneur, Eric Winogradsky, compte s'améliorer en consistance. - -

Parfois balloté par Tommy Haas (6-4, 3-6, 6-1, 7-5), Jo-Wilfried Tsonga regrette de ne pas avoir été plus constant contre l’Allemand. Dernier Français en lice, il relativise en se disant qu’il parvient quand même à s’en sortir.

Jo-Wilfried Tsonga, ça n’a pas été facile contre Tommy Haas…
Le plus important dans ce genre de compétition, c’est de s’en sortir. Je n’ai pas produit le tennis que je voulais, mais je me rassure me disant que même en ne jouant pas mon meilleur tennis, je bats Tommy Haas qui fait partie des meilleurs joueurs du monde. Je joue quand même assez bien pour m’en sortir, mais l’année dernière, j’ai eu des matchs durant lesquels ça n’a pas été le cas. J’essaye de m’améliorer pour être plus consistant et régulier.

Il sert pour le quatrième set à 5-3. Comment déclenchez-vous la révolte ?
En me disant j’arrête de pleurer, j’arrête de faire mon gamin, mon enfin gâté et je vais au charbon. Je suis en colère contre moi. J’ai la lucidité d’être en colère parce que je me rends compte que je fais n’importe quoi.

Vous n’avez toujours pas joué de match en cinq sets. Certains plaisantent en disant que Tsonga ne veut pas de match en cinq sets…
Ce n’est pas une rumeur. Je plaisante. Je vous avoue que je suis un peu triste. C’est une chose que j’en envie de vivre. Peut-être qu’une fois, je le ferai exprès (rires). J’espère en vivre, à condition de les gagner, parce que ça peut détruire un joueur aussi.

Il n’y a plus de Français. Vous sentez-vous une responsabilité particulière ?
Non, au contraire. Bien qu’on soit fair-play et qu’on s’entende bien entre nous, on veut tous être les meilleurs. Quand on arrive à un moment où tout le monde attend de nous qu’on réussisse, c’est génial. Ça veut dire qu’on est bon.

Maintenant, place à Nicolas Almagro…
Je ne l’ai jamais rencontré depuis que nous sommes professionnels. En juniors, j’ai à chaque fois perdu. Je compte renverser la tendance. Il peut faire de grandes choses, frappe fort dans la balle. Une chose est sûre, il viendra moins au filet que Tommy Haas. Ça va me permettre d’être plus serein.

La rédaction - E.S. à Melbourne