RMC Sport

Tsonga : « Une récompense sympa »

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga - -

Le Français, demi-finaliste en simple et finaliste en double à Marseille ce week-end, fait son entrée dans le top 5 mondial ce lundi pour la première fois de sa carrière. Une satisfaction, mais pas un accomplissement.

Jo-Wilfried, vous devenez 5e mondial ce lundi au classement ATP. Comment le vivez-vous ?

C’est super. Je suis super heureux. Ça vient récompenser un peu mon année 2011. J’ai fait beaucoup d’efforts pour revenir au top. C’est génial. Jusque-là, j’avais été 6e mondial. Je ne pouvais dire que j’étais top 5. Maintenant, je pourrai le dire. C’est super.

Seriez-vous capable de citer les autres Français qui forment ce cercle très restreint ?

Il y a Yannick (Noah), Cédric (Pioline), Seb (Grosjean), Guy (Forget) et Henri (Leconte). Ça fait plaisir de mettre cette ligne-là sur mon palmarès. Je ne vais pas vraiment m’arrêter là-dessus mais c’est une récompense sympa. Ça va m’encourager à continuer de bosser pour faire encore mieux.

Les quatre premiers sont-ils accessibles ?

Franchement, j’en suis loin. Pour passer les quatre autres (Djokovic, Nadal, Federer, Murray), il faut vraiment beaucoup de constance. Aujourd’hui, je ne suis pas encore assez constant. Je ne désespère pas. J’espère qu’un jour, je pourrai atteindre ce niveau-là.

« Pas le temps de sentir la fatigue »

L’objectif est-il maintenant de gagner un Grand Chelem ?

Oui. L’objectif concret, c’est d’essayer de gagner un jour un Grand Chelem. Je ne suis pas passé très loin en 2008, au tout début de ma carrière (finaliste de l’Open d’Australie, ndlr). Depuis, il m’a semblé le voir un tout petit peu à l’horizon, à Wimbledon (demi-finaliste en 2011, ndlr). Ça ne s’est pas fait. Ce serait juste extraordinaire que je puisse y arriver lors des prochaines années.

N’allez-vous pas trop souffrir en enchainant très vite à Dubaï, dès ce mardi ?

Ce n’est pas évident mais c’est comme ça, c’est le tennis. Je vais faire sept heures d’avion, prendre un peu de décalage horaire. Je vais arriver à 23h et jouer le lendemain à 13h. C’est bien, je n’avais pas avoir le temps de sentir la fatigue !