RMC Sport

Tulasne : « J’ai versé ma petite larme »

-

- - -

Thierry Thulasne vivait son dernier match en tant qu’entraineur de Gilles Simon lors de la finale perdue du tournoi de Bangkok. Une séparation certes à l’amiable entre les deux hommes, mais non sans émotion.

Gilles n’était pas à 100 % de ses moyens avec un problème à une cuisse…

Après une très belle semaine où il a rejoué au tennis comme à ses plus beaux jours, il s’est étiré lors des échauffements avant sa finale et il a senti quelque chose se passer dans son genou. Une douleur qui l’empêche de courir à fond. Richard (ndlr: Gasquet) a fait un très bon match. Gilles (ndlr : Simon) est toujours gêné contre Richard. Il a des problèmes tactiques avec lui parce que Richard varie bien. Richard est dans une très bonne période. Ça été trop dur pour Gilles aujourd’hui (ndlr : dimanche).

Comment avez-vous vécu cette fin de tournoi alors que votre collaboration s’achève ?

On a beaucoup parlé avant le tournoi. Gilles a vraiment envie de se débrouiller seul pendant un petit moment. Et moi j’avais vraiment le sentiment après ces six années passées ensemble que je lui avais apporté tout ce que j’ai pu. Après une longue conversation, on a décidé d’arrêter de travailler ensemble. Mais on est plus qu’en bons termes, on est très amis. C’était un peu dur de se dire au revoir puisque Gilles ne rentre pas à Paris, il continue sa tournée asiatique avec le tournoi de Tokyo la semaine prochaine. Moi je rentre à Paris pour discuter avec mes patrons à la Fédération, Patrice Hagelauer et Arnaud Di Pasquale (ndlr : respectivement DTN et responsable du haut niveau) pour voir avec eux où je serai le plus utile. Mais j’ai la chance de travailler pour la FFT. Il y a toujours des défis intéressants une fois qu’on a fini un parcours comme le mien. J’attends donc de voir avec impatience vers quelle aventure je vais me tourner. 

C’est un beau pan de votre carrière d’entraineur qui s’achève…

Peut-être même le plus beau. J’espère avoir une aussi belle, voire une plus belle aventure. Mais à mon avis ça sera difficile de faire aussi bien, autant au niveau des résultats qu’au niveau de la relation. Mais la relation, on va la garder. Au niveau des résultats, je me suis régalé, il progressait chaque année un peu plus. Je suis très ému. J’ai versé ma petite larme quand je lui ai dit au revoir et lui aussi. C’est une belle histoire qui se termine, mais elle se termine bien. C’est la première fois que j’arrête une collaboration avec un joueur avec autant de bons sentiments. Vu le tennis qu’a joué Gilles tout au long de la semaine, j’avais forcément des regrets. J’avais envie de le voir gagner un Master 1000 ou un Grand Chelem. Mais je suis convaincu qu’après une période un peu seul, il va peut-être se libérer complètement. Je l’ai vu plein de fois un peu tendu, avec des nœuds dans la tête en train de s’énerver. Peut-être que le fait d’être seul avec son tennis va lui permettre de se lâcher et se libérer complètement sur un court.

Le titre de l'encadré ici

Gasquet vise le Masters|||

Trois Français étaient engagés en finale sur le circuit ATP ce dimanche. Richard Gasquet s’est donc imposé à Bangkok aux dépens de Gilles Simon, autre Bleu, surclassé (6-2, 6-1) en 1h07 de jeu. Avec cette victoire, le Biterrois remonte au 11e rang de la Race et peut espérer participer au Masters qui met en compétition les huit meilleurs de ce classement en novembre prochain. Si entrer dans ce Top 8 s’annonce compliqué, le 14e joueur mondial pourrait profiter de forfaits pour y participer.

Dans le même temps, à Kuala Lumpur, Julien Benneteau a une nouvelle fois buté sur la dernière marche en s’inclinant face à Juan Monaco (7-5, 4-6, 6-3). Il s’agit de la septième défaite en autant de finales pour le Bressan, pire série pour un joueur en activité. Benneteau suit les pas d’un autre illustre français, Cédric Pioline, privés de titre à neuf reprises avant de soulever un trophée.

RMC Sport