RMC Sport

Comment Escudé, nouveau DTN, veut relancer le tennis français

Nicolas Escudé a présenté lundi ses objectifs au sein de la Fédération française de tennis. Le nouveau DTN souhaite former beaucoup plus de jeunes au sein des instances pour leur permettre de se rapprocher du meilleur niveau international.

La France attend depuis bientôt 38 ans un successeur à Yannick Noah, dernier vainqueur tricolore d’un titre en Grand Chelem chez les hommes. Dans le tableau féminin, le sacre de Marion Bartoli date déjà de 2013. Afin d’inverser la tendance et de relancer le tennis hexagonal, la FFT a nommé Nicolas Escudé comme nouveau directeur technique national. Le DTN a détaillé les contours de sa méthode ce lundi face à la presse.

"Pendant pas mal d’années la France était considérée comme la plus grande et la meilleure école de formation au monde, a rappelé le vainqueur de la Coupe Davis 2001. […] Quand je parle des mieux formés, je mets un point d’honneur sur l’aspect technique auprès de nos jeunes."

Et d’insister sur le besoin d’être complet: "Quand je parle de technique, je ne parle pas d’une robotisation d’un jeu où tout le monde joue de la même manière, a encore expliqué Nicolas Escudé. […] Je ne veux pas que l’on forme et que l’on entraine nos jeunes aujourd’hui, avec une carence qui va les limiter, les bloquer dans l’évolution de leurs carrières."

Escudé souhaite une prise de conscience chez les jeunes

La volonté de Nicolas Escudé reste d’aider les joueuses et joueurs de tennis français à prendre leur envol le plus rapidement possible. Bien formés, ils doivent connaître tous les à-côtés de leur sport pour ensuite atteindre leur meilleur niveau.

"Le but suprême pour moi n’est pas d’entrainer notre numéro 1 français, a aussi précisé le DTN de la Fédération. Mais c’est armer et former nos gamins pour qu’ils arrivent le plus vite possible au plus haut niveau."

Escudé: "Du volume et de la masse au bas de la pyramide"

Pour maximiser les chances de dénicher le futur grand nom du tennis mondial, la FFT et Nicolas Escudé souhaitent ouvrir en grand nombre les portes des académies aux plus jeunes afin de les aider à se développer collectivement.

"Le modèle de formation depuis X années en France a vacillé, a tâtonné. Plus ou moins de choses ont été tentées avec plus ou moins de succès, a souligné l’ancien 17e joueur mondial. Pour moi, il faut absolument qu’on remette du volume et de la masse au bas de la pyramide. Que ce soit garçons, que ce soit filles, dans des pôles où on va pouvoir les réunir, où ils vont pouvoir s’entrainer ensemble, être confrontés. Se construire aussi, parce qu’à cet âge-là, au-delà de se construire tennistiquement une carrière, on se construit aussi humainement. Et c’est important, c’est très important."

JGL avec Sarah Griffon