RMC Sport

Coupe Davis: si Grosjean le convoque, Pouille répondra présent

A l’heure de débuter l’Open Sud de France à Montpellier, dont il est tenant du titre, Lucas Pouille a accordé une interview à Breaking Sport. Le Français de 24 ans, demi-finaliste du dernier Open d’Australie, en profite pour dévoiler ses objectifs. Et évoquer son avenir chez les Bleus.

Lucas Pouille n’est pas encore tout à fait redescendu de son nuage à l’heure d’entamer l’Open Sud de France (à suivre en exclusivité sur RMC Sport). Un tournoi dont il est tenant du titre. Dix jours après sa demi-finale perdue face à Novak Djokovic à l’Open d’Australie, le Français a accordé une interview à Breaking Sport, ce lundi sur RMC Sport 1. Avec encore quelques étoiles dans les yeux.

Abonnez vous aux nouvelles chaînes RMC Sport pour suivre l'Open Sud de France

Un plaisir retrouvé sur le court

"Ça donne beaucoup de confiance pour la suite. Ça donne l’envie de retourner à l’entraînement, en compétition, et d'essayer de faire encore mieux. C’est sûr qu’on se sent un peu plus léger, confie-t-il en duplex des courts de Montpellier. L’an dernier, je ne prenais plus vraiment de plaisir. Je n’avais plus envie de partir en tournoi ou de jouer. C’était un peu compliqué. J’ai réussi à retrouver tout ça."

L’objectif du Masters

Revigoré par son épopée à Melbourne, le 17e mondial s’avance avec gourmandise vers le reste de la saison. Sans se fixer de limites. "La participation au Masters, c’est l’un de mes objectifs, détaille-t-il. Après, une place en particulier au classement, non. Mon objectif, c’est vraiment d’essayer de progresser au quotidien, donner le maximum et ne pas me projeter pour éviter toute désillusion (…) Je pense être un meilleur joueur qu’il y a un an. Après, ça va passer par de la constance. Il faut répéter ce genre de résultat pour aller encore plus haut."

Les JO 2020 en ligne de mire

Et pourquoi pas sur le toit du monde avec l’équipe de France de Coupe Davis? Si Sébastien Grosjean, le capitaine des Bleus, décide de le convoquer, Pouille viendra avec plaisir en fin d’année. "Il y a les Jeux olympiques en 2020 qui font qu’il faut participer à la Coupe Davis. Donc s’il m’appelle, oui, je répondrai présent, assure le joueur de 24 ans. Et dans ce cas-là, je donnerai le maximum."

Contre la nouvelle Coupe Davis

Ça ne l’empêche pas de penser que ce nouveau format, avec un tournoi sur une semaine (du 18 au 24 novembre à Madrid), n’est pas une bonne idée. "Je suis complètement contre cette réforme et cette nouvelle Coupe Davis, lâche-t-il. Je trouve que ça n’a plus vraiment d’intérêt. Après, je serai content de retrouver les copains et de revivre des moments incroyables avec eux. On est liés à vie. Même si ça ne sera plus jamais pareil."

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur