RMC Sport

Coupe Davis : les Bleus au bord du gouffre

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Grande favorite de son quart de Coupe Davis contre l’Allemagne, l’équipe de France est menée 2-0 après les deux premiers simples. Une énorme désillusion, en particulier pour Jo-Wilfried Tsonga, battu par le 119e joueur mondial.

On leur promettait une balade de santé. Un week-end nancéien aux allures de formalité face à une équipe allemande privée de ses trois meilleurs éléments (Haas, Kohlschreiber et Mayer) et contrainte d’aligner des joueurs tous au-delà du 90e rang mondial. Le quart de finale de Coupe Davis des Bleus est pourtant en train de virer au cauchemar et il leur faudra désormais un petit exploit pour se relever des défaites qui ont sanctionné les deux premier simples, vendredi.

C’est d’abord Julien Benneteau qui s’est pris les pieds dans le tapis face à Tobias Kamke, 96e joueur mondial, qu’il avait battu trois fois en 2013. Le Bressan, aligné en raison des absences de Richard Gasquet, Gilles Simon et du forfait de Gaël Monfils, est passé totalement à côté de son match, perdu en trois manches (7-6, 6-3, 6-2). Pourtant, le premier acte avait bien commencé avec un 4-0 infligé d’entrée à son adversaire. Mais incapable de conclure ses temps forts, le 50e joueur mondial a manqué cinq balles de premier set, avant de s’effondrer dans les deux manches suivantes.

Un double couperet

« Je suis abattu parce que c’est un match de Coupe Davis, a confié Benneteau. Je ne pense pas avoir été inhibé et avoir subi la pression sur mes épaules. Je suis à deux doigts de gagner le premier set qui aurait pu changer la physionomie du match. Après, je joue plutôt bien. Il y a un adversaire qui n’avait rien à perdre et qui, avec le soutien de son capitaine et de ses coéquipiers, a joué sa chance à fond. Il a sorti un très grand match et moi, seulement un match correct, pas assez fort pour rapporter ce point. » Un constat qui s’est appliqué quelques heures plus tard à Jo-Wilfried Tsonga, pour une désillusion plus cruelle encore.

Le n°1 tricolore a en effet cédé face à un adversaire, Peter Gojowczyk, qu’il devance de plus de 100 places au classement ATP (12e contre 119e) ! Un joueur qui restait sur une défaite au premier tour du tournoi Challenger de Guadalajara (Mexique) face au Zimbabwéen Takanyi Garanganga, 349e mondial. Cela vous place une contre-performance…. Le Manceau, en manque de confiance depuis le début de l’année, a pourtant failli s’en sortir. Mais il ruminera sans doute un moment cette volée ratée sur son unique balle de match, lors du jeu décisif de la quatrième manche. Les crampes subies par son adversaire au cinquième n’auront pas suffi pour le guider vers le succès. Et après plus de quatre heures c’est Gojowczyk, qui disputait à 24 ans son premier match de Coupe Davis, qui offrait le point du 2-0 à l’Allemagne sur sa troisième balle de match. Le capitaine français Arnaud Clément va désormais devoir trouver les mots justes et la bonne formule pour un double couperet ce samedi.

A lire aussi :

>> Les choix de Clément à la loupe

>> En image : Federer attaqué par un pigeon

>> L'actu de la Coupe Davis

La rédaction