RMC Sport

Coupe Davis - Noah : "Avec le forfait de Raonic, on a tout à perdre"

Yannick Noah

Yannick Noah - AFP

Le forfait de Milos Raonic, numéro 13 mondial et meilleur atout du Canada, met un peu plus la pression sur l’équipe de France et son capitaine Yannick Noah avant le premier tour de Coupe Davis qui débute vendredi en Guadeloupe.

Yannick, quelle est votre réaction après l’annonce du forfait de Milos Raonic ?

On s’attendait à le voir pas au meilleur de sa forme ou forfait. A partir du moment où il s’était retiré du tournoi à Acapulco, c’était compliqué pour lui de venir ici. Ça fait un moment qu’on se prépare pour affronter un très grand joueur. Ça nous a donc permis de faire une préparation intense. Notre but est d’aller le plus loin possible, d’aller jusqu’au bout. On a cette chance d’avoir une équipe avec quatre numéros un. C’est la particularité de cette équipe de France. On peut avoir une défection de dernière minute, il y a toujours des remplaçants parce qu’on a quatre joueurs de très haut niveau. C’est malheureux pour l’équipe du Canada mais moi je suis concentré sur la mienne. Ça va être un match différent psychologiquement. Là on a tout à perdre. Mais on se prépare pour ça.

Avez-vous activé un plan anti-démobilisation ?

Non, les joueurs sont grands. Ce n’est pas leur première Coupe Davis. Certains étaient au courant et n’en ont pas parlé, c’est un signe. L’idée est de garder une bonne concentration, qu’on soit prêt vendredi et de soigner les derniers petits bobos. Mais on sera prêts.

Comment définiriez-vous l’ambiance dans le groupe ?

Au début, on apprend à se connaître. Je n’avais jamais eu l’occasion de travailler avec eux sur le terrain. Il y a eu beaucoup de conversations sérieuses mais très enrichissantes lors des trois premiers jours. Une fois que tout est en place, place au travail et au jeu. Il y a toujours de la concentration durant les entraînements. En dehors, il y a une très bonne ambiance.

Comment jugez-vous la qualité de la terre battue ?

Elle très bonne. Elle peut changer suivant la météo. On a eu un peu tous les temps donc c’est très bien, on s’est adapté.

Propos recueillis par Camille Gelpi