RMC Sport

Forget a-t-il perdu la main ?

-

- - -

Avant le premier tour de Coupe Davis contre l’Autriche à Vienne (4-6 mars), le capitaine de l’équipe de France a été vivement critiqué par Gilles Simon. En cause : sa gestion du groupe, sa vision du tennis et son rôle sur le banc. Une intervention qui laissera forcément des traces.

Portables coupés et interdiction de parler aux médias. A l’issue d’une réunion organisée ce lundi à Vienne, en début d’après-midi, c’est la consigne qui a été donné aux joueurs de l’équipe de France de Coupe Davis. « C’est un peu tendu en ce moment », avoue l’un d’entre eux.
En cause, l’interview sans concession accordée par Gilles Simon à L’Equipe. Le Niçois s’y plaint du fonctionnement, trop libre à son goût, du groupe français. « Moi, j’aimerais plus de règles, explique-t-il. Ces deux dernières années, avec ce fonctionnement à la carte, je ne me sentais pas à l’aise. »

Un fonctionnement censé officieusement profiter à Gaël Monfils, sur lequel Guy Forget s’appuie énormément, mais avec lequel il n’entretient pas les meilleures relations du monde. C’est d’ailleurs le Guadeloupéen qui est indirectement visé par les propos de Gilles Simon, quand celui-ci raconte qu’une séance photo a dû être repoussée ou qu’une sortie en VTT a été annulée au dernier moment.
Ces revendications ne sont pourtant pas nouvelles. Il y a six mois, au moment d’affronter l’Argentine en demi-finale, l’ancien numéro 6 mondial avait déjà été clair. « Il faut qu'il y ait un bon état d'esprit entre les joueurs, y compris au-delà, sur le circuit. Parce que si ça ne se passe pas bien, j'ai du mal à faire semblant dans une équipe. »

Forget : « Il est un petit peu bavard »

Ce qui est nouveau, en revanche, c’est la véhémence avec laquelle le joueur, qui n’a toujours pas gagné le moindre match en Coupe Davis, s’attaque à Guy Forget et à sa gestion. « [Je lui ai demandé] qu’il ne me parle pas de mon jeu quand il est sur la chaise et moi sur le terrain, révèle-t-il. Quand j’ai joué en Coupe Davis, j’écoutais vachement ses conseils, mais ça me parasitait plus qu’autre chose. » Difficile d’être plus parlant…

Fidèle à ses habitudes, Guy Forget a toujours préféré user de diplomatie avec un joueur qui ne fait pas partie des piliers de l’équipe de France, mais qui a été propulsé leader face à l’Autriche, après les forfaits de Monfils, Tsonga et Gasquet. « Gilles a une qualité, c’est qu’en général, il s’exprime, analysait-il lors de l’open d’Australie. Quand que quelque chose se dit sur lui, il ne le rumine pas pendant des mois et des mois. C’est quelque chose de chouette. » Et d’ajouter : « C’est vrai qu’il est un petit peu bavard. C’est même le plus bavard de l’équipe. Mais c’est plus une source de plaisanterie qu’autre chose. »

Le capitaine de l’équipe de France et ses joueurs donneront une conférence de presse ce mardi matin. L’occasion de revenir sur ces derniers évènements. Dans cette drôle d’ambiance, ils ont découvert ce lundi matin le hangar dans lequel se disputeront les matches contre l’Autriche. Un hangar encore en construction et entourée d’échafaudages. A l’image de l’équipe de France.