RMC Sport

Forget : « C’était prévisible »

Guy Forget

Guy Forget - -

Le capitaine de l’équipe de France n’est pas surpris de se retrouver à égalité avec les Etats-Unis à l’issue des deux premiers simples. Le double de samedi sera déterminant à ses yeux dans le verdict final. Mais pas éliminatoire.

Guy, Gilles s’est incliné face à John Isner. Pouvait-on vraiment espérer mieux ?

Isner était favori parce que mieux classé. Il restait sur une victoire contre Roger Federer et un succès contre le numéro 1 mondial Novak Djokovic à Indian Wells. Il a confirmé aujourd’hui la confiance qu’il a acquise et son nouveau statut. C’est le leader de l’équipe américaine. Même s’il a commis quelques fautes, il a fait un nombre de points énormes. Il n’a laissé à Gilles que quelques miettes.

Gilles Simon aurait pu renverser les choses dans le troisième set.

Il aurait pu faire le break au moins à une reprise. Après… avec une troisième manche, avec un joueur qui pèse ce poids-là, la nuit qui tombe… le jeu se ralentit, la fatigue s’installe, on commence à faire plus d’erreurs. C’est ce que j’ai dit à Gilles : « il faut que tu le pousses sur la durée. C’est dans ta filière ». Même si le score est un peu sévère, je crois que Gilles n’était pas très loin de l’accrocher. C’était leur troisième match. Isner l’a encore battu mais aujourd’hui, il a été particulièrement impressionnant.

Et Jo-Wilfried Tsonga ?

Il nous a fait une petite frayeur dans le troisième set, avec un joueur qui était largement à sa portée, en-dessous des autres en simple selon moi. Il a joué avec beaucoup de courage, de cœur. Dès que Jo a mis son jeu en place, il a gagné ses jeux de service assez facilement. Il faut qu’il reste concentré là-dessus et qu’il travaille demain son service et sa qualité de jeu en retour. Dimanche, son match face à John Isner pourrait être crucial.

« Les armes pour terrasser les Bryan »

Le ballotage est plutôt comment, selon vous ?

Le double va être déterminant. Si on le gagne, on sera bien placé. Si on le perd, ce sera compliqué mais pas impossible. Se retrouver à 1-1, ça pouvait être prévisible. Ça va se jouer à un coup de dés. J’espère que « Mika » (Michaël Llodra) et « Ju » (Julien Benneteau) seront bien inspirés et feront pencher la balance en leur faveur.

Sur terre battue, les données du double peuvent-elle être modifiées ?

Je ne pense pas. Il y aura plus de vent demain. Ça va rendre les choses un peu plus aléatoires. Mais ce sera pareil pour les deux équipes. Ce sera la qualité du jeu des garçons, leur attitude, leur capacité à gérer leurs émotions aux moments importants qui déterminera l’identité des vainqueurs. Je vais les booster au maximum. « Mika » et « Ju » ont les armes pour terrasser cette paire (les frères Bryan), qui est la meilleure du monde.

Comment sentez-vous les deux ? On sait que Julien est très affecté par le fait que Michaël Llodra ne fasse pas le double à Londres avec lui…

Tout se passe bien. Mika continue de chambrer. Julien apprécie son sens de l’humour. Il a un objectif aujourd’hui : gagner ce double et aider son équipe à se qualifier pour les demi-finales de la Coupe Davis. Les JO, c’est loin. Il sait qu’il y a une qualification possible en simple. Il y aura ensuite Roland-Garros, Wimbledon… Il peut se passer beaucoup de choses d’ici là.

Propos recueillis par Eric Salliot, à Monte-Carlo