RMC Sport

Fed Cup: de la satisfaction chez Mauresmo, beaucoup de déception chez ses joueuses

Amélie Mauresmo, Caroline Garcia, Kristina Mladenovic et Alizé Cornet

Amélie Mauresmo, Caroline Garcia, Kristina Mladenovic et Alizé Cornet - AFP

Caroline Garcia et Kristina Mladenovic sont sorties particulièrement marquées de la cruelle défaite en finale de la Fed Cup contre la République tchèque (2-3) ce dimanche. Amélie Mauresmo, retient quant à elle ses quatre années passées à mener les Bleues vers les cimes. La capitaine, qui devait évoquer son avenir avec ses joueuses ce lundi matin, s’exprimera face à la presse à 16h.

Après les parpaings des Bleues et des Tchèques, ce sont les larmes de Caroline Garcia et Alizé Cornet qui ont heurté le sol du Rhénus de Strasbourg ce dimanche. Aux portes de l’exploit en début d’après-midi, les filles d’Amélie Mauresmo ont finalement chuté en finale de la Fed Cup (2-3) au terme d’un terrible double remporté par la paire Pliskova-Strycova (7-5, 7-5).

A lire aussi >> les Bleues passent tout près de leur rêve

Garcia : « Eprouvant physiquement et mentalement »

Face à la presse, il était naturellement difficile pour Garcia, victorieuse de ses deux simples mais battue en double, de masquer sa déception : « C’est dur, ça a été éprouvent physiquement et mentalement. Au début du weekend, on aurait donné pas mal pour être au double décisif, et on perd à ce moment-là. C’est ce qu’il y a de plus frustrant. Ça ne s’est joué à rien. »

Mladenovic : « Je fais confiance à ma capitaine mais… »

Même son de cloche du côté de sa partenaire Kristina Mladenovic : « Il y a beaucoup de tristesse et de déception parce qu’on y a cru jusqu’au bout ». Et forcément, la décision de la capitaine de lui préférer Alizé Cornet laisse quelques regrets : « Je fais confiance à ma capitaine mais beaucoup de gens me connaissent et savent que j’ai du caractère, de l’orgueil et que j’aurai voulu être sur le terrain en simple. Elle pensait que c’était le bon choix, que chacun apporte sa pierre à l’édifice. Mes sensations étaient bonnes mais c’est facile de tout remettre en question. »

Mauresmo : « Quand on voit où en était le tennis féminin en France il y quatre ans »

Amélie Mauresmo, justement, préférait de son côté souligner le travail accompli depuis son arrivée à la place de Nicolas Escudé en 2012 : « Je voulais dire merci, parce que ça ne se fait pas comme de faire une telle finale, quand on voit où en était le tennis féminin en France il y a quatre ans. C’est une belle récompense aussi même si au finish de cette journée, on est amères car nous voulions autre chose. »

A voir aussi >> Pitkowski : « C’est loin d’être un échec »

Quant à l’avenir, il va falloir attendre encore un petit peu. « Avant de me prononcer sur quoi que ce soit, je vais en discuter avec elles, confiait Mauresmo dans la soirée. Ça se fera demain matin (lundi), là on va décompresser, changer d’air, parler d’autre chose. Mais demain matin avant que chacune reparte de son côté, on va faire un petit point parce que ça va venir vite cette première rencontre en février.» La conférence de presse à laquelle se pliera Mauresmo à 16h00 devrait permettre d’y voir un peu plus clair.

JBi avec ES