RMC Sport

Laver Cup: "Je ne sais pas si je tiendrai le coup sur le plan émotionnel", lâche Federer à la veille de son dernier match

Une semaine après l’annonce de sa retraite, Roger Federer voit le compte à rebours s’égrener. Vendredi soir, le Suisse de 41 ans sera sur le court une dernière fois au côté de Rafael Nadal. Puis il s’effacera et soutiendra Team Europe du banc.

Depuis qu’il a posé le pied à Londres, Roger Federer n’a plus une minute à lui. Dans toutes les langues – ou presque – il a raconté le cheminement de sa retraite, annoncée jeudi dernier sur Instagram, avec une lettre qu’il a mis une quinzaine de jours à achever. Au point que son agent historique commençait à s’agacer.

Mais l’instant de la "Last dance" approche à l’occasion de la Laver Cup, une compétition qu’il a pensée et développée avec sa société Team 8 sur le modèle de la Ryder Cup. Ce jeudi, dans les sous-sols de l’O2 Arena de Londres, le futur retraité a pris place sur l’estrade pour la conférence de presse de la Team Europe. Vêtu du survêtement bleu de rigueur, il était placé entre Björn Borg – son capitaine – et Rafael Nadal.

Quelques minutes avant le coup d’envoi de ce rendez-vous médiatique, le "line up" de vendredi venait d’être révélé. Sans surprise, Roger Federer s’alignera avec Rafael Nadal en night session (vers 22 heures en France). En face, John McEnroe a retenu son meilleur joueur de double Jack Sock, qui a voté Frances Tiafoe pour l’épauler. Les deux américains acceptent le rôle de "vilains". Car ils savent que les spectateurs de l’O2 Arena pousseront pour les Bleus.

"J’ai déjà été horriblement nerveux par le passé"

"Je ne sais pas si je tiendrai le coup sur le plan émotionnel, a d’abord commenté Roger Federer, un poil tendu. J’ai déjà été horriblement nerveux par le passé avant certains matchs. J’ai déjà eu la chance de jouer avec le support de Rafa ou Novak. Avoir une nouvelle opportunité, je suis sûr que ce sera formidable. Mais ce sera dur." Tennistiquement ou émotionnellement?"

La conférence de presse a ensuite pris une tonalité plus détendue. Roger Federer a utilisé son sens de l’humour lorsque Novak Djokovic et Nadal ont été invités à ressortir les matchs qu’ils n’oublieront pas contre le futur retraité. Le Serbe a été le premier à répondre: "Je choisirais ma première finale de Grand Chelem, l’US Open 2007. J’ai perdu ce match".

"Finalement, tu es sympa. Merci Novak!", explose Roger Federer. "Attends, je n’ai pas fini, sourit Djokovic. Il y aussi Wimbledon 2019, désolé Roger." Cette fameuse rencontre perdue au super tie-break, après deux balles de match envolées. "Qu’est-ce qu’il s’est passé, j’ai un trou de mémoire...", répond le Suisse, très bon comédien.

Nadal pose la main sur sa cuisse

Quand c’est au tour de Rafael Nadal, Roger Federer devine la réponse de son rival et ami. "Evidemment, je suis obligé de nommer Wimbledon 2008, se lance Rafa. C’a été spécial pour moi, pour lui aussi..." A ce moment, Federer le coupe: "Arrête, tout me revient". Cet incroyable dénouement alors qu’il faisait nuit sur le Centre Court. Conscient du "mal" qu’il lui fait, Rafa pose délicatement une main sur la cuisse du Suisse. "Maintenant, notre finale à l’Open d’Australie est très spéciale aussi. Mais pour des raisons différentes. Six mois auparavant, nous étions tous deux blessés. Etre capables de revenir à ce niveau et jouer une fantastique finale en cinq sets."

Peu après, le couple "Fedal" prenait possession du court pour un entraînement face à Andy Murray et Novak Djokovic. Calculez donc le nombre de Chelems sur le court gris-noir... L’O2 Arena, garnie de milliers d’écoliers, a donné un aperçu de la qualité de son acoustique. Il y aura du bruit et des larmes vendredi soir.

Eric Salliot