RMC Sport

Gasquet : « Je vais faire un gros match »

Quel que soit l'issue de son match contre Nalbandian, Gasquet est qualifié pour les Masters

Quel que soit l'issue de son match contre Nalbandian, Gasquet est qualifié pour les Masters - -

Aujourd'hui, Richard Gasquet affronte l’ogre Nalbandian en demi contre qui il n’a jamais gagné. Mais comme Nadal l’a emporté juste avant dans l’autre rencontre, le Français est d'ors-et-déjà qualifié pour le Masters de Shanghaï (11-18 novembre).

Richard Gasquet, on a vu deux visages de Richard Gasquet vendredi contre Andy Murray (6-0, 0-6, 6-4)…
Ça été très très compliqué pour moi. Il y a eu plusieurs matches aujourd’hui (vendredi). J’ai bien commencé même si ce n’était pas d’un grand niveau. Après je me suis liquéfié sur le cours, lui a eu de la réussite, il a bien joué, c’était dur de perdre 6-0. Dans la 3e manche, j’ai voulu tout donner pour le public.

Si Baghdatis, l’autre candidat au dernier ticket pour le Master, venait à perdre contre Nadal, vous seriez automatiquement qualifié…
Oui, c’est un grand bonheur. Je ne suis pas très loin de Shanghaï. Si Baghdatis gagne Bercy , c’est vrai que je ne suis pas qualifié, mais il y a vraiment beaucoup de chances pour que j’y aille.

On a senti un déclic après la victoire sur Jo-Wilfried Tsonga..
Oui ça m’a fait du bien. Jo est un adversaire coriace, qui est dur à jouer. Hier (jeudi), j’ai fait un bon match contre Blake. Aujourd’hui c’est avec le courage que je suis passé. Il y a une semaine je n’y croyais pas du tout.

Nalbandian est sur votre route. Que pensez-vous de l’homme en forme du moment ?
Il joue incroyablement bien. C’est le joueur le plus en forme de l’hiver. S’il continue comme ça il va remonter très vite au classement (21e à l’ATP avant Bercy), il peut gagner un Grand Chelem. Il est favori demain (samedi), je ne l’ai jamais battu, il me pose beaucoup de problèmes. Il y a Nadal qui joue avant, je peux être qualifié (si Baghdatis perd) donc ça me relâcherait encore plus. Je vais faire un gros match pour sortir Nalbandian.

Vous n’avez jamais autant souhaité la défaite de votre ami Baghdatis...
C’est très dur à dire. C’est Marcos, c’est un ami. Si ça avait été Gaël (Monfils), j’aurais dit « perd ! perd ! »… C’est délicat, mais c’est vrai que je souhaite la victoire de Nadal.

Le dernier Français à s’être imposé à Bercy remonte à Sébastien Grosjean qui avait gagné en 2001…
C’est un grand tournoi. Si je peux le gagner ce serait super. Mais je vais déjà essayer de gagner contre Nalbandian.

Comment rester motivé quand on ait que l’on peut être qualifié pour les Masters sans avoir à gagner contre Nalbandian ?
Si Baghdatis venait à perdre contre Nadal, j’aurais beaucoup moins de pression que s’il gagne… Ça fait beaucoup de calculs, mais c’est finalement assez simple : il faut que Nadal gagne pour que je joue relâché contre Nalbandian sachant que je serais qualifié pour le Masters.

Si vous n’allez pas à Shanghaï que seriez-vous prêt à faire ?
(Rires) Beaucoup de choses. Il y a un grand fleuve à Paris… La noyade est envisageable.

La rédaction - Eric Salliot