RMC Sport

Tsonga seul dans la tempête

-

- - -

Sans entraîneur, Jo-Wilfried Tsonga a été éliminé mardi au 2e tour du tournoi de Monte-Carlo par le Croate Ivan Ljubicic (7-6, 6-4). Le Manceau reste malgré tout optimiste pour l’avenir.

« Je suis en train d’essuyer une tempête. Mais dans quelques temps il fera beau. » Eliminé en deux sets (7-6, 6-4) par le Croate Ivan Ljubicic, mardi au 2e tour du Masters 1000 de Monte-Carlo, Jo-Wilfried Tsonga a décidé d’adopter la « positive-attitude ». Face 40e joueur mondial, le Français peut pourtant nourrir quelques regrets. A 5-4, il a servi pour le gain de la première manche, avant de mener 3-1 dans la seconde. « C’est un match qui était à ma portée, soupire-t-il. J’étais au-dessus pendant un set et demi. Mais pas au tableau d’affichage. Il y a un manque de matches dans les jambes. De confiance aussi. J’ai encore le bras qui tremble un tout petit peu. Mais je sens que cela va revenir parce que je bosse dur. Physiquement, je me sens bien. J’ai envie. » Maladroit dans les moments clés, Tsonga quitte le Rocher la tête basse. « C’est une énorme déception, reconnait-il. C’est un tournoi que j’adore. J’ai envie de briller ici. »

Tsonga : « Un entraîneur n’aurait pas changé grand-chose »

Cette défaite interpelle. A 26 ans, le Manceau, qui vient de se séparer de son entraîneur, Eric Winogradsky, a décidé de la jouer solo. Un coach lui aurait-il permis de venir à bout de Ljubicic ? Tsonga préfère en rire : « Des entraîneurs, j’en ai plein ! Beaucoup de personnes me disent ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Avec un entraîneur, ça n’aurait pas changé grand-chose. Aujourd’hui, et contrairement à mes précédents matches, je me suis accroché comme un fou. C’est très positif. » L’optimisme affiché par le Français n’est pas partagé par tout le monde, à commencer par Patrice Dominguez : « Lorsque Roger Federer n’a plus eu d’entraîneur, il n’a plus progressé, se souvient l’ancien DTN du tennis français. Il était moins exigeant, moins bon. Dans un sport individuel et de combat, on a besoin du regard d’un coach, de quelqu’un qui nous pousse tous les matins. Sur ce que j’ai vu du match de Tsonga, il y a du boulot. Il aurait eu besoin d’un débriefing pour savoir pourquoi il a perdu contre Ljubicic. On ne peut pas résoudre ses problèmes tout seul. Ça ne peut pas durer longtemps ! » Tsonga aura-t-il entendu le message ?