RMC Sport

Open d’Australie : les Bleus en force

Jérémy Chardy

Jérémy Chardy - -

Jérémy Chardy, auteur d’un exploit face à Juan Martin Del Potro, Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet et Gilles Simon, bourreau de Gaël Monfils, se sont qualifiés pour les 8e de finale de l’Open d’Australie. Une première depuis 1998.

Le cliché commençait à jaunir. Ce samedi, la colonie française masculine encore installée à Melbourne l’a quelque peu rafraîchi. Quelque peu oui, car si le nombre de sourires sur la photo est toujours le même, à savoir quatre, l’identité des mannequins a bel et bien changé. En 1998, Cédric Pioline, Nicolas Escudé, Lionel Roux et Guillaume Raoux se hissaient en 8es de finale de l’Open d’Australie. Quatorze ans après, voilà que Jérémy Chardy, Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet et Gilles Simon les imitent, en s’invitant eux aussi tous les quatre à ce stade de la compétition. Une performance « cocorico » rafraîchissante.

Un sacré quadruplé à détailler sous autant d’angles différents. Car s’ils ont fini par briller et arracher un quart des tickets pour le Top 16 australien, nos Frenchies n’ont pas suivi une route balisée pour y parvenir. Jérémy Chardy, déjà tombeur de Marcel Granollers au tour précédent, a failli voir le cruel scénario du match perdu en cinq sets se réciter sous ses yeux, lui qui menait deux sets à zéro contre Juan Martin Del Potro. C’est finalement un exploit majuscule que le Tricolore de 25 ans a réalisé (6-3, 6-3, 6-7, 3-6, 6-3).

« Je mène, il revient et je finis par gagner en cinq sets, raconte le Palois, encore tout heureux de s’être offert le scalp de la tête de série numéro 6. Cette victoire, c’est peut-être la plus belle, parce que c’est dans un Grand Chelem, c’est le troisième tour et j’ai joué un des meilleurs joueurs du monde. » Jo-Wilfried Tsonga, lui, ne jouait pas à proprement parler un cador du circuit. Mais le Manceau a fait le job, en un peu d’1h30 de jeu, sans penser aux mouches et aux autres insectes qui le gênent tant à Melbourne, pour écarter le Slovène Blaz Kavcic (6-2, 6-1, 6-4).

Simon au bout de lui-même

Au prochain tour, « Jo » retrouvera un autre Frenchie sur sa route, Richard Gasquet, assurant au contingent français une présence en quarts de finale à Melbourne. « C’est toujours bien d’être là en deuxième semaine mais je veux aller plus loin, avance le Biterrois, bourreau du Croate Ivan Dodig (4-6, 6-3, 7-6, 6-0). Jo, je l’ai battu à Wimbledon, il m’a battu il y a quelque années, espérons qu’on fasse un grand match, je vais tout donner pour gagner. »

Tout donner, Gilles Simon l’a déjà fait ce samedi, lorsqu’il lui a fallu sortir le grand jeu face à Gaël Monfils. 4h43 de jeu, cinq sets (6-4, 6-4, 4-6, 1-6, 8-6), de la fatigue, de la sueur et de la douleur pour s’offrir un 8e épicé face à Andy Murray. Et « énerver et décevoir » la « Monf’ ». « Il a mieux joué que moi. Il était plus fort que moi » a commenté l’intéressé, désormais supporter des quatre autres Mousquetaires toujours en lice.

AD avec ES