RMC Sport

Open d’Australie – Tsonga y a cru

-

- - -

Battu en quarts de finale de l’Open d’Australie après un combat de plus de 3h30, Jo-Wilfried Tsonga a eu les moyens de faire chuter Roger Federer (7-6, 4-6, 7-6, 3-6, 6-3), mercredi à Melbourne. Mais le Suisse a su gérer les points cruciaux du match. Néanmoins positif.

Jo-Wilfried Tsonga quitte Melbourne avec beaucoup de regrets. Non pas que la route était ouverte pour un sacre dimanche, puisqu’il lui aurait fallu marcher sur Andy Murray en demi-finale et probablement Novak Djokovic en finale, mais le Français était à deux doigts de faire chuter le roi Roger. Le n°8 mondial s’est incliné au bout de cinq manches (7-6, 4-6, 7-6, 3-6, 6-3), après avoir tenu plus que la dragée haute au Suisse.

Malgré un départ en mode diesel, Tsonga aura menacé Federer pendant quatre manches, avant de connaitre un coup de pompe fatal dans la cinquième. Le n°2 mondial y aura laissé des plumes : deux manches et cinq mises en jeu, du jamais-vu pour lui depuis le début du tournoi. « Jo a très bien joué, il a varié les coups, a servi à 200 km/h, sorti des coups venus de nulle part… », a reconnu Federer. Mais le Français pourra regretter ces points vendangés dans les jeux décisifs, aux premier et troisième sets, abandonnés sur le même score de 7 points à 4. Solide, à chaque fois, le Manceau remettait admirablement le bleu de chauffe, signe qu’il était mentalement dans un grand jour.

Federer : « J’ai été chanceux »

Présent au service, Tsonga aura mis à mal Federer grâce à ses coups droits le long de la ligne, ses revers croisés. Enhardi, on l’a vu monter au filet plus qu’à l’habitude. Mais Federer aura mieux su gérer les points cruciaux. A 31 ans, on l’a aussi vu très au point physiquement, beaucoup plus frais que le Français en fin de partie. Contrairement à leur seul précédent match en cinq sets, à Wimbledon en 2011, le Français a cette fois perdu. Logiquement, l’ex-n°1 mondial a dominé Tsonga pour la neuvième fois en onze confrontations. « J’ai été chanceux de pouvoir m’en sortir », a cependant admis le Suisse.

L’élève de Roger Rasheed ne sera pas le premier Français à atteindre cinq demi-finales de Grand Chelem, et il n’atteindra pas le dernier carré à Melbourne pour la troisième fois après 2008 et 2010. Tsonga a imité Jérémy Chardy, battu par Andy Murray (6-4, 6-1, 6-2). En demies, l’Ecossais jouera Federer, alors que Ferrer affrontera Djokovic.

Louis Chenaille (avec E.S. à Melbourne)