RMC Sport

Open d'Australie: "Une grosse claque", Herbert et Simon impuissants

Il n’y a déjà plus de Français dans la partie basse du tableau. Les trois Bleus engagés ce mardi à Melbourne ont connu une journée désastreuse. Pas un n’est parvenu à remporter le moindre set.

Programmé en night session sur la Rod Laver Arena face à Stefanos Tsitsipas (n°5), Gilles Simon, a vécu, pour son 145e match en Grand Chelem, sa défaite la plus cuisante. Il n’a pu grappiller que quatre jeux (6-1, 6-2, 6-1 en 1h33) à un Grec avide de montrer qu'il sera plus qu'un outsider dans ce tournoi. La dernière fois où le Niçois avait été aussi bousculé dans un Majeur, c’était en… 2006 à l’US Open face à Richard Gasquet (6-0, 6-2, 6-3). "Ça fait trois semaines que je cherche et je n’ai jamais trouvé, a dit Gilles Simon. J’ai encore l’impression d’être en réglage, j’ai baissé ma tension de raquette. Pourtant, physiquement, je bougeais assez librement. Mais c’était difficile de se concentrer, d’avoir un plan de jeu, j’étais en réaction. À 36 ans, j’aurais peut-être eu besoin de jours d’entraînement supplémentaires. Avec le Covid, la situation actuelle est favorable aux plus jeunes. Ils n’ont pas de contraintes familiales à gérer".

Herbert: "Je sors de ce match avec plein de questions et pas forcément de réponses"

Pierre-Hugues Herbert n’a pas pesé lourd non plus face à Fabio Fognini. L’Italien l’a emporté 6-4, 6-2, 6-3. "Ce n’était pas une partie de plaisir, j’étais sans armes, à contre-temps tout le temps. C’était la première fois que je jouais Fabio et c’était une tornade, je me suis fait éclater... À aucun moment, je n’ai pu le toucher pour lui faire mal. J’ai pris une grosse claque. Je sors de ce match avec plein de questions et pas forcément de réponses."

Sorti des qualifications de Doha il y a trois semaines, Quentin Halys, 207e mondial, avait hérité d’un tirage abordable avec Pablo Andujar. Réputé terrien, l’Espagnol a pourtant décroché une victoire aisée en trois sets (6-4, 7-5, 7-5). Le Tricolore a connu de gros soucis au service (14 double-fautes). "Je me sentais mou sur le court, a-t-il dit. J’ai peut-être mal géré ma semaine d’entraînement. Après ma quarantaine stricte (NDLR: il se trouvait dans le mauvais avion, comme Benoît Paire), dans l’excitation, je me suis peut-être trop entraîné…"

Quatre Français encore dans la course

Les quatre derniers français encore en course disputeront leur deuxième tour ce mercredi. Il s’agit d’Alexandre Müller, Adrian Mannarino, Corentin Moutet et Ugo Humbert. Le Lorrain aura la lourde tâche de défier Nick Kyrgios sur la John Cain Arena, le court préféré de l’Australien car les billets sont très accessibles. Il tient à cette proximité avec le peuple.

Eric Salliot