RMC Sport

Tsonga, la désillusion

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga - -

Très grosse déception pour le n°1 français, qui s’est incliné ce lundi en huitième de finale de l’Open d’Australie de tennis devant le Japonais Kei Nishikori (2-6, 6-2, 6-1, 3-6, 6-3) sous une chaleur étouffante.

Cette première défaite de l’année a un goût particulièrement amer pour Jo-Wilfried Tsonga. Vainqueur du tournoi de Doha et grand outsider de l’Open d’Australie, le numéro 1 français s’arrête au stade des huitièmes de finale, battu par le Japonais Kei Nishikori (2-6, 6-2, 6-1, 3-6, 6-3). Eliminé l’année dernière par l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov, le finaliste de l’édition 2008 n’aura passé qu’un tour supplémentaire cette année. Bien loin de ses ambitions. « Par rapport à mes objectifs personnels, je suis déçu, pestait le Manceau à l’issue de la rencontre. Si à chaque fois qu’on disait ‘j’ai envie de gagner’ on gagnait, ce serait trop facile. Il faut accepter la défaite, avoir beaucoup d’humilité et retourner au travail pour progresser. »

Quelques heures après ce revers contre le 26e joueur mondial, Tsonga cherchait encore les explications mais refusait de justifier cette défaite par la chaleur étouffante et les 40°C affichés au thermomètre. Le numéro 6 mondial a notamment perdu le fil de la rencontre après l’interruption à 40-40 dans le deuxième jeu du deuxième set alors que Nishikori se plaignait de l’apparition de cloques sur le court. « Cette pause lui a permis de souffler un peu, reconnaît Tsonga. Elle lui a permis de casser un peu le rythme sur mon service. Après, je me fais breaker, ça va vite. Il est de retour dans le match alors qu’il ne l’était pas jusque-là. » Patrice Dominguez va encore plus loin. « Quand on joue avec le feu avec un tel adversaire, on peut passer à la casserole. On n’a pas reconnu le Tsonga du début de saison », notait l’ancien DTN.

Auteur de 70 fautes directes, Tsonga concède sèchement les deuxième et troisième manches (6-2, 6-1) et cède finalement après 3h30 de jeu malgré un sursaut dans le quatrième set (6-3). Déjà battu par ce Japonais de 22 ans à Shanghai en 2011 et lors du tournoi exhibition de Kooyong la semaine avant l'Open d'Australie, il ne pourra pas non plus trouver du réconfort auprès d’un entraîneur, lui qui n’est plus accompagné depuis sa séparation l’an passé d’avec Eric Winogradsky. « Il a gagné tellement de matchs sans entraîneur depuis quelques mois qu’on ne peut pas en tirer une conclusion trop hâtive, calme Patrice Dominguez. Ce qui est vrai, c’est qu’il a semblé un peu perdu. C’est un point sur lequel il va devoir réfléchir. » Le tout à deux semaines du premier tour de la Coupe Davis, au Canada. Parmi les sept premiers mondiaux, il est le seul à être déjà disponible... 

Le titre de l'encadré ici

Federer frappe dans le mille|||

Une simple formalité. Roger Federer, 30 ans, s’est offert lundi la tête de l’Australien Bernard Tomic en huitième de finale de l’Open d’Australie. Trois manches rapidement expédiée (6-4, 6-4, 6-2) et voilà une nouvelle fois le Suisse dans le Top 8 en Grand Chelem. L’immense champion retrouve Juan Martin Del Potro ce mardi pour son 1000e match sur le circuit ATP. Une performance jusqu’alors dépassée par les seuls Jimmy Connors (1518 rencontres), Ivan Lendl (1310) et John McEnroe (1073). « On est devant la légende de notre sport. Non seulement de la décennie mais peut-être de l’histoire du jeu, s’émerveille Patrice Dominguez. C’est un phénomène. » Vainqueur à deux reprises contre le numéro 3 mondial, Richard Gasquet va dans le sens de l’ancien DTN. « C’est un monstre du tennis. A mes yeux, c’est le plus grand joueur de tous les temps, il n’y a rien à redire là-dessus », souffle le Biterrois.

Le principal intéressé se montre pourtant discret sur le sujet. Interrogé en conférence de presse sur son meilleur souvenir, Federer embraye : « Je retiens le match contre Sampras. On connait les raisons… » Le Suisse avait alors 19 ans et éliminait son idole en huitièmes de finale de Wimbledon en cinq sets pour leur seul affrontement. Depuis, l’ancien numéro 1 mondial a accumulé 16 titres majeurs, 70 tournois sur le circuit et reste sur une série en cours de 31 quarts de finale consécutifs en Grand Chelem ! Mieux, s’il remporte ses deux prochaines rencontres en Australie, il égalera Jimmy Connors, qui détient le nombre de matchs gagnés dans les tournois du Grand Chelem (233). Le Bâlois, qui n’a jamais abandonné de sa carrière en cours de match, a fait du chemin depuis sa première rencontre sur le grand circuit perdue en 1998 à Gstaad (Suisse) contre l'Argentin Lucas Arnold...