RMC Sport

Monfils s’arrêtera là

-

- - -

Gaël Monfils s’est bien battu mais n’est pas parvenu à créer l’exploit face à Roger Federer. L’aventure s’arrête pour le Français après trois heures dix minutes de combat.

"Gaël était magnifique tout au long de la quinzaine. Il a un sacré talent, je l'avais dit quand je l'avais affronté pour la première fois en finale à Doha. Il l'a enfin montré dans un grand événement. De mon côté, je suis heureux et soulagé. (réaction France Televisions)" L'éloge du champion... A voir comment Roger Federer a manifesté sa joie suite à sa victoire sur Gaël Monfils, il est évident que le numéro un mondial a souffert. Beaucoup souffert. Le Suisse a dû batailler quatre sets pour venir à bout du tenace Français. Finalement, la mission, l’objectif – gagner Roland-Garros – dont parlait Monfils ces derniers jours n’a pas pu être atteint. Pourtant, ce dernier n’a pas démérité. Mais vendredi, sur le court central, le Maître a été plus fort que son élève culotté.

Surtout, la sensation de ce Roland-Garros 2008 a traîné comme un boulet un premier set dans lequel… il a joué les abonnés absents. L’agressivité et la ténacité de Monfils en fond de court semblaient en effet s’être envolées au-dessus de la Porte d’Auteuil. Il faudra finalement attendre que le gaillard soit mené 4 jeux à 2 pour que la mécanique, la même qui avait écœuré David Ferrer au tour précédent, se mette en place.

Elle fera des ravages quelques minutes plus tard. En effet, c’est d’un coup droit dévissé que Federer ira conclure le gain du deuxième set… en faveur de Monfils au terme d’un duel bien négocié par le Français (7-5). Mais ce come-back, particulièrement saisissant et déstabilisant pour le « Roi Roger », n’accouchera pas d’un petit frère. Monfils, trop émoussé, montre des signes de fatigue, aussi bien physique que mental. Du coup, le décrochage est brutal. 5-1 puis 6-3… deux manches à une. Le tour de force promet d’être difficile à réaliser.

Et il le sera. Dans un quatrième set où les deux hommes se rendent coup pour coup, Monfils plie lentement mais sûrement. Ce dernier tombe, à plusieurs reprises sur le court, sous les yeux d’un Federer plutôt inquiet face à tant d’abnégation. L’inquiétude manque même de se transformer en cauchemar lorsque son adversaire sauve deux balles de match, recolle à 5 jeux partout et soulève tout Roland-Garros d’un mouvement de raquette. Le geste est épique, l’atmosphère proche de marquer l’histoire mais la jolie symphonie finira par casser. Federer n’est pas Ferrer et ce dernier, toujours apte à bien défendre, rétorque à la perfection au jeu de son rival. 7-5, score final d’une quatrième manche où Monfils a couru après le Maître sans jamais le dépasser, malgré plusieurs balles de break à son actif.

Le 59e mondial n’a pas à rougir de sa prestation. En quatre manches (6-2, 5-7, 6-3, 7-5), il a fait vaciller le grand champion qu’est Roger Federer. Mieux, il a su afficher durant la quinzaine un jeu cohérent et constant. De quoi, à condition de conserver le même état d’esprit, voir l’avenir avec un œil radieux…« Je suis quand même déçu. Il y avait la place, comme Roger l’a dit, j’ai raté mon premier set. J’aurais pu aller au moins au cinquième set. J’ai eu plusieurs balles de break, je n’ai pas pu les convertir. Dès que j’ai eu des balles de break, que j’ai eu la sensation de revenir dans chaque jeu, je n’ai pas su les gérer. C’est à ce moment-là je pense que je n’ai pas su avoir le niveau pour le faire pêcher. Peu importe si c'était le n°1 mondial, je voulais gagner. Mais c'est vrai que ce parcours va me donner beaucoup de confiance pour la suite de ma carrière » (réaction France Televisions). C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

dossier :

Gaël Monfils

La rédaction - Alix Dulac