RMC Sport

Razzano : « C’est gigantesque »

Virginie Razzano

Virginie Razzano - -

Menée un set à zéro et 5-1 au jeu décisif de la deuxième manche, Virginie Razzano est parvenue à inverser la tendance pour battre l’ancienne numéro un mondiale Serena Williams (4-6, 7-6, 6-3). Une performance inoubliable pour la Française.

Virginie, êtes-vous redescendue de votre nuage ?

J’y suis encore un peu forcément. Je suis en train de savourer ma super victoire contre Serena. C’est vraiment un grand bonheur. C’est gigantesque de gagner aujourd’hui (mardi) sur le Philippe Chartrier, avec tout mon public qui m’a soutenue jusqu’au bout. Sur le dernier jeu, je me posais la question : "Est-ce que je vais y arriver ?" Parce que ça faisait avantage-égalité, avantage-égalité. Sur le plan physique et psychologique, j’étais vraiment au bout de moi-même. Je ne voulais vraiment pas le lâcher ce match. Je voulais vraiment le gagner et j’y suis arrivée.

Que représente cette victoire pour vous ?

Beaucoup de bonheur et de joie. C’est un grand soulagement. C’est tellement beau et fabuleux d’avoir gagné que je suis un petit peu comme sur un nuage. Je vais bien savourer cette victoire. Maintenant, je vais continuer à faire mon travail.

Quand on interroge vos proches, ils disent tous "enfin, la roue tourne". C’est ce que vous vous dîtes aussi ?

C’est vrai que beaucoup de gens le pensent. Enfin, je l’ai fait et pas contre n’importe qui. Battre une grande championne comme Serena Williams, cela doit se mériter. Il faut passer du temps sur le terrain. Il faut y croire et continuer à se booster, à ne rien lâcher. Je suis vraiment heureuse de l’avoir fait, en plus à Roland-Garros. J’espère que ça marquera les esprits et que les gens seront encore là pour me soutenir au prochain tour.

Où avez-vous trouvé vos ressources sur la fin du match ?

Si je pouvais vous expliquer mes ressources… Parfois, je me surprends moi-même parce que j’ai tellement de "no limit" sur ma façon de jouer, de me battre sur un terrain. Je n’ai pas de secret pour vous dire comment je fais, mais en tout cas ce qui est sûr, c’est que j’y crois. Je pense le plus possible à être positive, même quand ça ne marche pas. En même temps, je sais que j’ai des capacités physiques qui sont assez hautes. J’essaye de m’en servir et de me battre jusqu’à la dernière balle.

Même à 5-1 dans le tie break, y croyiez-vous toujours ?

C’est incroyable parce qu’à ce moment-là, je savais que ça allait tourner. Cela fait trois jours que je ne dors pas très bien parce que je commençais à préparer mon match contre Serena Williams. J’ai regardé sur Youtube ces derniers matches à Rome et à Madrid. Je sais que j’ai le niveau pour battre des filles qui sont Top 10. En 2009, j’ai même été 16e mondiale, donc je sais que je suis capable de revenir à ce classement-là. Je savais que je pouvais la battre et que j’étais prête. Je l’ai fait et je suis vraiment heureuse.

Votre vie a beaucoup changé depuis un an.

C’est vrai que ma vie est pas mal chamboulée depuis quelques années. En même temps, je continue à tracer mon chemin et à travailler énormément. Je continue à croire en moi. J’ai envie de gagner. Je suis une compétitrice et j’adore ça. Parfois, c’est très dur mais j’ai toujours un entourage qui me remet droit sur les rails et qui me dit : "Mais si, tu es forte, tu es aussi une championne". Je sais que j’en suis capable et je ne me pose plus de questions, même si parfois, ce n’est pas facile.

Avez-vous envie de dédier cette victoire à quelqu’un en particulier ?

Déjà à moi-même, parce que vu tous les efforts que je fournis, c’est en priorité ma victoire. Ensuite, à mon staff avec qui je continue à avancer. Bien sûr, une petite pensée à Stéphane (son compagnon décédé il y a un an, ndlr) puisqu’il est toujours dans mon cœur, même si dans ma vie personnelle et professionnelle, je suis prête à passer à autre chose. Je pense qu’il est très heureux pour moi. Je vais continuer à m’accrocher sur mes vraies valeurs. La vie continue.

Propos recueillis par Rodolphe Massé